Colorado et Minnesota : le retour du suspense

Pour la première fois depuis le début des primaires, deux états tiennent simultanément des caucus dans le pays. Romney se profile comme le grand favori tandis que Gingrich semble en perte de vitesse. Mais selon le derniers sondages, l’ultra-conservateur Rick Santorum, en embuscade, pourrait bien créer la surprise.

A peine trois jours après le scrutin du Nevada, les regards se tournent vers le Colorado et le Minnesota, deux états de taille moyenne qui organisent leurs caucus aujourd’hui. Surnommé « l’état du centenaire » parce qu’il a rejoint l’Union pile cent ans après la déclaration d’indépendance, le Colorado est un état du Midwest avec une forte tradition républicaine. Si un Obama en grande forme y a battu McCain en 2008 (52,6% contre 45,8%) le combat sera sans aucun doute plus acharné cette année.

A l’inverse, le Minnesota est un véritable bastion démocrate où aucun candidat républicain n’a gagné depuis Nixon en 1972 ! A priori, les habitants de « l’état de l’étoile du nord », soutiendront donc la réélection d’Obama en novembre. Peu courtisé par les candidats républicains, il est difficile de savoir qui remportera le scrutin aujourd’hui.  Avec respectivement 5 et 5,3 millions d’habitants, le Colorado et le Minnesota rapporteront aux candidats jusqu’à 36 et 40 délégués, qui seront déterminés proportionnellement aux résultats obtenus.

Santorum - Gingrich - Romney - Paul

Romney sur sa lancée

Après deux victoires successives, en Floride et au Nevada, Mitt Romney espère poursuivre sa série gagnante afin de décourager ses adversaires. Grand favori des primaires, l’ancien gouverneur du Massachussetts possède le plus d’atouts pour remporter l’investiture du parti. Trésorerie illimitée, meilleur équipe de campagne à pied d’œuvre dans les 50 états, Romney bénéficie en outre de l’expérience des primaires infructueuses de 2008. A l’époque, il avait remporté massivement le Colorado avec un score fleuve de 60%, devant John McCain (19%), Mike Huckabee (13%) et Ron Paul (8%).

Annoncé en tête cette année encore, un sondage PPP lui donne jusqu’à 24 points d’avance sur ses poursuivants ! Si la victoire du favori semble assurée, la deuxième place s’annonce plus disputée, avec Rick Santorum qui ratisse l’état et semble prendre le dessus sur Newt Gingrich.


Minnesota : tout le monde a sa chance

Peu sondé jusqu’à aujourd’hui, l’électorat du Minnesota ne semble pas encore avoir fait son choix. Selon un sondage PPP, les 4 candidats se tiennent à seulement 10 points d’écart. Si Santorum domine légèrement la mêlée (29%), Romney le talonne (27%) devant Gingrich (22%) et Paul (19%). Mais rien n’est encore joué dans ce scrutin avec un électorat extrêmement volatile. Selon le même institut de sondage, le taux d’électeurs indécis au Minnesota atteindrait 37% ! Autant dire que les 4 candidats vont se battre jusqu’au bout et que le suspens est assuré…

En tout cas, l’empreinte de l’ancien gouverneur du Massachusetts semble aujourd’hui moins marquée qu’en 2008, où il avait remporté le scrutin avec 41% devant McCain (23%), Huckabee (20%) et Paul (16%).
Deux anciens candidats de ces primaires mouvementées, peuvent aussi influer sur l’élection. Une fois jeté l’éponge, l’ancien gouverneur du Minnesota, Tim Pawlenty, a décidé de soutenir la candidature du favori mormon. Représentante de l’état au Congrès, Michele Bachmann a finalement démenti les rumeurs de soutien envers Romney. L’égérie du mouvement « Tea Party » ne donnera finalement pas de consigne de vote à ses supporters.

Gingrich à la dérive

Depuis son unique victoire survenue en Caroline du Sud, Newt Gingrich accumule les secondes places et continue sa traversée du désert. Harcelé sans arrêt par des publicités négatives, l’ancien président de la Chambre semble peu à peu perdre pied et continue sa chute dans les sondages.
Annoncé en tête au Colorado et au Minnesota à la mi-janvier, son avance a rapidement  fondu au soleil et le temps qui passe sans victoire lui est défavorable. Même si dans ses discours, il a annoncé qu’il allait se battre pour chacun des 50 états, il a peu de chance de réaliser ce vœu durant le mois de février. Gingrich devra survivre jusqu’au « Super Tuesday » du 6 mars, où participeront enfin des états du sud (Géorgie, Tennessee, Virginie,…) qui lui sont en principe favorables.

Sursaut de Santorum ?

Le malheur des uns fait toujours le bonheur des autres. Jusqu’ici relativement épargné par les attaques, Rick Santorum profite de la baisse de régime de Gingrich pour grignoter peu à peu son vivier électoral : les militants du Tea Party, les évangélistes et les ultra-conservateurs.            Surfant tous les deux sur la même vague, l’ancien Sénateur de Pennsylvanie a un beau coup à jouer aujourd’hui. Une seconde place au Colorado et une victoire au Minnesota pourrait sérieusement redistribuer les cartes. A défaut de Gingrich, Santorum deviendra peut-être la nouvelle alternative au « modéré du Massachusetts », le nouveau sobriquet dont est affublé Romney.

Publicités
Poster un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :