Primaire en Illinois : Romney enfonce le clou

Si la victoire du grand favori des primaires était prévisible, l’ampleur de celle-ci va quelque peu mettre en sourdine les critiques de ses détracteurs. Avec l’Illinois, Mitt Romney remporte une victoire stratégique dans le fief d’Obama, son très probable adversaire de novembre.

En remportant le scrutin dans « l’état des plaines », l’ancien gouverneur du Massachusetts a décroché sa 16e victoire depuis le début des primaires, le 3 janvier dernier. Un palmarès impressionnant après les suffrages dans 28 états sur les 50 que comptent le pays.

Son équipe de campagne se félicite même de son 20e succès, car Romney a également remporté les scrutins dans les îles de Porto Rico, Guam, les Mariannes du Nord et les Samoa. Des « territoires non-assimilés » qui participent aux primaires mais pas à l’élection présidentielle générale.

Au niveau de la récolte des délégués, le mormon en a déjà accumulé plus que ses trois rivaux réunis et il continue de creuser l’écart sur ses poursuivants. Comme le confirme cette dernière projection de l’Associated Press reprise par le New York Times (les chiffres varient d’un média à l’autre).

Projection des résultats dans la course aux délégués (21 mars)

Au vu de ces résultats, rien ni personne ne semble pouvoir empêcher Romney de remporter les primaires de son parti.  Dès qu’il parviendra à obtenir la somme de 1 .144 délégués, le candidat sera automatiquement proclamé vainqueur. Mais d’ici là, la route sera encore longue et sinueuse car ses adversaires sont déterminés à rester dans la course.

Santorum ne lâchera rien

Son rival principal, Rick Santorum, est loin derrière, avec moins de la moitié des électeurs et à peine dix victoires à son compteur. Pourtant, l’ancien sénateur de Pennsylvanie y croit plus que jamais et il a promis hier soir dans un discours  à ses partisans de poursuivre le combat jusqu’au bout. Santorum  s’accrochera donc  jusqu’au bout, à moins que Romney n’atteigne le fameux « nombre magique ».

Certes, le catholique n’a terminé que second en Illinois mais il est systématiquement en confrontation directe avec le mormon.  Santorum incarne la seule alternative à Romney, que beaucoup de militants du parti estiment trop modéré. Newt Gingrich et Ron Paul sont quant à eux complètement hors course dans ces primaires. Le dernier carré républicain a laissé place à un duel entre deux courants d’idées : les modérés contre les conservateurs. Une césure nette et profonde qui déchire de plus en plus le parti de l’éléphant.

Sourires de façade entre Santorum et Romney

Les étapes suivantes

Le prochain scrutin se déroulera le samedi 24 mars, en Louisiane, avec 46 délégués à la clé. Jusqu’à présent le sud du pays a plutôt souri à Santorum, qui devrait normalement remporter les suffrages.

Ensuite, le mois d’avril devrait être plutôt favorable à Romney avec plusieurs primaires dans les états plus modérés de la côte-Est : Maryland, Connecticut, Delaware, New York, Rhode Island,…

Néanmoins, en tant qu’ancien sénateur de Pennsylvanie, Santorum devrait gagner sur ses terres ainsi qu’au Texas, un état clé des primaires.

Romney, le gendre idéal

Largement en tête sur le papier, Mitt Romney est clairement favori et il a toutes les cartes en main pour remporter l’investiture du parti. Candidat le mieux préparé à l’exercice des primaires, il possède l’équipe de campagne la mieux organisée au niveau national, des réserves de trésorerie conséquentes et le soutien de quelques amis, millionnaires comme lui, en cas de besoin. Et pourtant il semble toujours lui manquer quelque chose.

Malgré ses efforts, Romney peine à susciter un véritable engouement et à fédérer un électorat républicain décidément très disparate.
C’est un peu le favori « par défaut », faute de trouver mieux.  A l’image d’un gendre idéal, parfait sous tous rapports mais dont on ne tombe pas amoureux. A moins d’une catastrophe, Romney finira par gagner les primaires, à l’usure et sur la longueur, d’ici à la fin juin.

Il devra se battre pour chaque scrutin et dépensera comme jusqu’à présent des sommes considérables pour faire pencher la balance dans les états indécis. Une stratégie qui s’est déjà avérée payante en Floride, au Michigan ou en Ohio face à de relativement faibles rivaux républicains.

Mais face à Obama dans l’élection générale, la tâche sera nettement plus difficile. Car au jeu de qui récolte le plus d’argent, Romney a quelques leçons à apprendre du président démocrate. Pendant que la bataille fait rage côté républicain, le camp démocrate encaisse tranquillement les chèques.

§ Résultats de la primaire en Illinois :

MITT ROMNEY

> 46,7%  /  428.434 votes de préférence

RICK SANTORUM

> 35%  /  321.079 votes de préférence

RON PAUL

> 9,3%  / 85.464 votes de préférence

NEWT GINGRICH

>   8%  / 72.942 votes de préférence

(Source des résultats: Washington Post)

Poster un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :