« Obama-ville » : la série qui hante l’Amérique

Pour la première fois, l’équipe de campagne de Rick Santorum délaisse Romney pour s’attaquer directement  au président démocrate. Résultat: un spot post-apocalyptique digne d’un film d’horreur. Âmes sensibles s’abstenir. 

2014. Obama en est à son deuxième mandat à la tête du pays et la situation est plus catastrophique que jamais. Marasme économique, chômage caractérisé, inflation galopante, soins de santé inabordables, explosion du prix de l’essence,…  Bref, la première puissance mondiale s’est écroulée et les  États-Unis ne sont plus qu’un vaste chancre dévasté.

Bienvenue dans Obama-ville, petit hameau perdu où la situation est à l’image du pays: sans espoir. Un paysage de désolation aux murs décrépis où des enfants malnutris courent pieds nus dans les ruines à la recherche d’un quignon de pain,…                                                                                       Tel risque d’être l’avenir des Américains, s’ils ne mettent pas un terme à la présidence d’Obama le 6 novembre prochain!

Cette vidéo au format court d’une minute, n’est que le premier volet d’une mini-série de huit épisodes déclinés sur le même thème de l’Obama- phobie. Ce pilote donne déjà le ton en proposant un condensé de toutes les peurs qui hantent aujourd’hui l’Amérique: chômage, perte des valeurs, montée de l’islam radical, etc. Et afin de bien faire passer le message, John Brabender, le réalisateur, utilise toutes les ficelles des films d’horreur…

« The Atlantic Wire » met d’ailleurs en lumière dans un article, quelques éléments du spot tirés de séries télévisées et des films hollywoodiens. Le corbeau de « Six feet under », un hôpital désert comme dans « Walking dead », les hommes en costume sombre de « Matrix » ou encore la filette de « The Ring »,…

Avec tous ces clins d’œil, le montage ressemble plus au final à un parodie qu’à un véritable spot politique mais en tout cas le clip sort du lot et arrive à faire parler de lui…

Le passage le plus troublant survient à la 40e seconde où le visage de Mahmoud Ahmadinejad, président de la république islamique d’Iran, se transforme une fraction de seconde en Barack Obama. Pile au moment où le narrateur parle des ennemis de l’Amérique. Un rapprochement d’un goût douteux, qui rappelle le principe des publicités subliminales.

Avec la crainte croissante d’un Iran nucléarisé, la peur de l’islam radical, le traumatisme du 11 septembre et encore aujourd’hui une bonne partie de l’électorat qui pense qu’au fond Obama est un musulman caché, l’amalgame est assez facile.

Interrogé par un journaliste de Politico, le porte-parole de Santorum assure pourtant que le but n’était pas que les spectateurs pensent que les deux présidents soient une seule et unique personne. L’explication n’est pas très convaincante, surtout après analyse du choix des portraits: même cadrage, même profil, vêtements identiques…

Une spécialité américaine

Le premier amendement de la Constitution américaine, qui assure une totale liberté d’expression permet aux candidats de dire à peu près ce qu’ils veulent. Avec comme résultat des spots publicitaires hauts en couleurs et parfois violents. Une spécificité de la politique américaine qui ne s’importera pas tout de suite en Europe, où le public est différent et où les techniques de communication sont toujours une génération en retard.

Mais qui sait? La « vieille Europe » rattrape bien souvent sa cousine américaine. Le principe des primaires au sein d’un parti, le modèle des débats télévisés entre candidats et aussi l’art de la politique via les réseaux sociaux a bien traversé l’Atlantique. Difficile aujourd’hui d’imaginer l’équipe de campagne de François Hollande réaliser un spot de ce genre sur Sarkozy, qui brigue lui aussi un deuxième mandat…

Pour l’anecdote, la ville d’Obama existe réellement. C’est une petite bourgade de pêcheurs dans la préfecture de Fukui, au Japon. Lors de la campagne de 2008, les habitants avaient d’ailleurs supporté le sénateur de l’Illinois!

Photomontage anonyme d'Obama-ville

Publicités

Romney : le candidat « effaçable »

Le grand favori des primaires républicaines traîne depuis longtemps une réputation de « girouette politique ». Mais la récente déclaration de son porte-parole qui l’a comparé à une « ardoise magique » qu’on peut réinitialiser à loisir, ne va certainement  pas arranger les choses…

Depuis quelques jours, le jargon politique américain possède un nouveau terme pour qualifier les candidats qui changent d’opinions : « Etch a sketch ». Si l’appellation est un peu barbare, c’est avant tout la marque déposée d’un jouet pour enfants, connu en Europe comme l’ardoise magique. Très populaire depuis les années 60, le but de ce jeu est de dessiner quelque chose puis de secouer l’appareil afin que l’écran devienne à nouveau vierge. Il est donc possible de « dessiner à l’infini pour un plaisir sans limites », comme l’affirme le slogan publicitaire.

Cartoon de Bob Gorrell

Mais depuis la déclaration d’Eric Fehrnstrom, principal porte-parole de Mitt Romney, le jeu enfantin a pris un sens bien moins innocent.         Dans une apparition sur CNN, il explique que son poulain n’aura aucun mal à faire oublier ses prises de position les plus conservatrices, une fois la période des primaires terminée: « Romney possède un bouton reset pour l’élection générale où tout change. C’est en quelque sorte un etch-a-sketch, vous le secouez et vous recommencez tout à zéro… »

Romney la girouette

Au niveau du suicide politique, il est difficile de faire mieux. Un « expert » en communication qui avoue à l’antenne que son candidat change d’idées comme de chemises, c’est vraiment lui donner la pire publicité possible !

La petite phrase a été reprise en un instant par tous les médias américains et s’est transformée en une arme de campagne pour tous ses rivaux républicains. L’ancien gouverneur du Massachusetts trainait déjà une mauvaise réputation de « robot », qui dit ce que les électeurs veulent entendre mais pas ce qu’il pense et de ‘girouette politique’ (flip-floper). Mais avec cette erreur colossale de communication, sa réputation ne va pas vraiment s’améliorer.

Cartoon de Pat Bagley

La comparaison d’Eric Fehrnstrom est un véritable cadeau pour les adversaires  du mormon. Depuis cet incident, les parodies de « Romney l’ardoise magique » pleuvent sur la toile et il y a fort à parier que l’effet perdure jusqu’en novembre prochain.

Premier à saisir la balle au bond, Rick Santorum fait allusion au « etch a sketch » le jour même dans un discours de campagne. Le rival principal de Romney joue à fond sur les valeurs religieuses et conservatrices et se demande si une fois au pouvoir Romney ne réécrira pas la Constitution…

Avec une campagne en perte de vitesse, Newt Gingrich profite de l’aubaine pour casser un peu de sucre sur le dos de Romney, le « modéré du Massachusetts ». Une animation permet sur son site de secouer Romney à la manière de l’ardoise magique, afin d’obtenir un candidat plus ou moins conservateur!

Dans un spot sans concession, le favori républicain est confronté à son passé de candidat modéré, à l’époque où il faisait campagne pour devenir le gouverneur du Massachusetts. Des images d’archives qui parlent d’elles-mêmes…

L’une des nombreuses parodies qui circulent en ligne…

Sans doute le candidat le plus stable au niveau des valeurs qu’il défend, le libertarien Ron Paul s’en prend à tous ses rivaux d’un seul coup!

Primaires à droite, générale au centre

Si la réflexion du porte-parole de Romney s’avère être une terrible erreur de communication, tous les stratèges de campagne pensent plus ou moins la même chose, il ne faut juste pas en parler ouvertement à l’antenne. Dans le cadre des primaires républicaines, l’élection se joue très à droite et particulièrement cette année. Les prétendants à l’investiture ont tendance à mettre en avant leur côté conservateur afin de séduire l’électorat  le plus radical du parti. Dans cette optique, le « candidat républicain standard » se déclarera hostile à l’avortement, au mariage homosexuel mais en revanche très pieux et puritain.

Une fois qu’il a remporté les primaires de son parti, le « candidat officiel républicain» devra adapter son message politique au cadre de l’élection générale, face au rival démocrate.  S’il veut séduire les électeurs du centre de l’échiquier politique et les indépendants, le candidat devra alors défendre des positions moins tranchées et notamment sur les question sociales.

C’est pourquoi un conservateur dans les primaires peut parfois se transformer en un « conservateur relativement modéré » quelques mois plus tard, durant l’élection générale. Et ce sera sans doute le cas cette année avec Mitt Romney, qui a pour l’instant passé autant de temps à discuter d’avortement que d’économie, un thème qui sera pourtant son cheval de bataille face à Obama.

Une publicité inespérée

L’ancien gouverneur du Massachusetts est reconnu pour ses talents de businessman.  Il a amassé une colossale fortune personnelle grâce aux investissements de sa société Bain Capital. L’homme d’affaires aurait-il racheté en sous main la société qui produit « etch a sketch »?                   C’est l’hypothèse farfelue soulevée par l’humoriste Stephen Colbert.

Depuis la gaffe de son conseiller en communication, le jeu des années 60 fait son grand comeback dans les magasins américains. Depuis une semaine, les ventes du jouet ont augmenté de 3000% et il est même en rupture de stock un peut partout dans le pays. Voilà l’impact que Romney a sur l’économie!

(AP Ohio Art and Melina Mara -The Washington Post)

Spot anti-Obama « Après mon élection… »

Les réactions à la petite phrase échangée entre le président démocrate et son homologue russe Dmitri Medvedev, ne se sont pas fait attendre. En période électorale, les candidats font feu de tout bois et cette réplique lourde de sens inspire déjà des spots publicitaires.

L’échange survenu hier lors d’un sommet à Séoul rassemble tous les éléments d’un film d’espionnage en pleine guerre froide. Conversation secrète entre dirigeants, bouclier antimissile, complicité mystérieuse entre les deux hommes et jusqu’à la réplique « Je transmettrai cette information à Vladimir« (Poutine). Voilà de quoi alimenter les fantasmes des détracteurs de Barack Obama.

 (voir l’article précédent: Obama pris « en flagrant délit »)

« Il nous cache des choses », « Quels sont ses autres secrets? » « Quels sont ses futurs projets? », sur les réseaux sociaux les rumeurs vont bon train. D’autant que le flou qui entoure le programme de deuxième mandat d’Obama permet les extrapolations les plus folles. Sur Twitter,un nouveau sujet a même été lancé (#ObamaAgenda) afin de deviner les vilains petits secrets du président cachotier!

Ce premier spot sur le sujet sera bientôt suivi par d’autres car force est d’avouer que l’administration d’Obama est moins prolifique en matière de scandale que celle de son prédécesseur texan.

Si la Maison Blanche a relativisé l’importance des propos du président en exercice, les candidats républicains par contre s’en donnent à cœur joie. Avec en première ligne le favori Mitt Romney, qui saute sur l’occasion de s’en prendre à son (très probable) futur adversaire de novembre.

Sur CNN, le mormon assimile la réplique d’Obama à un double jeu: un discours fort devant les caméras mais une position très conciliante en privé. « La Russie n’est pas un ami sur la scène internationale et c’est très inquiétant de voir ce président chercher davantage de flexibilité ».

L’ancien gouverneur du Massachusetts joue la carte sensible avec de vieux relents de guerre froide: « Je suis très inquiet, je pense que les Américains ressentiront la même chose. Voilà un président qui nous dit une chose et en fait une autre« .

Obama à la frontière nord-coréenne (© Reuters-Larry Downing)

Obama pris « en flagrant délit »

« Après mon élection, j’aurai plus de flexibilité ». La petite phrase prononcée par le président américain à son homologue russe, lors d’un sommet en Corée du Sud, a provoqué un mini-séisme dans la presse américaine.

A l’occasion du sommet mondial sur la sécurité nucléaire qui se tenait à Séoul, le président démocrate a débattu pendant 90 minutes avec Dmitri Medvedev, qui est pour quelques semaines encore, le président de la Fédération de Russie.

Selon RFI, les propos de l’échange entre les deux chefs de l’état portaient sur l’amélioration des relations économiques entre les deux géants. Ainsi que sur d’autres sujets plus délicats concernant la géopolitique mondiale : le désaccord sur le cas syrien, la menace de la Corée du Nord, la situation en Afghanistan ou encore la menace d’une nucléarisation de l’Iran….

Mais ce qui a surtout marqué la presse américaine, à l’issue de ce long entretien, ce sont les quelques phrases échangées par les deux dirigeants alors qu’ils pensaient que leurs micros étaient déjà coupés.

Obama - Medvedev (RIA Novosti-Ekaterina Shtukina)

Abordant le dossier épineux du bouclier antimissile européen, éternelle pomme de discorde entre les anciens adversaires de la guerre froide, Obama précise à Medvedev :

«  Sur tous ces sujets, mais particulièrement sur celui du bouclier antimissile, cela peut être résolu mais c’est important qu’il (Vladimir Poutine a été réélu président de Russie ce 4 mars, il entre en fonction le 7 mai) me laisse de l’espace ».

Son homologue russe lui répond : « Oui je comprends. Je comprends votre message à propos de l’espace. Vous avez besoin d’espace pour vous… »

– Obama : « C’est ma dernière élection. Après ma réélection, j’aurai plus de flexibilité ».

– Medvedev « Je comprends, je transmettrai cette information à Vladimir… ».

(Version originale depuis ABCNews)

Obama: l’épine nucléaire

Ce bref échange a déjà fait réagir nombre d’observateurs, qui dénoncent un excès de confiance du président en place, qui semble assuré de sa réélection à la tête du pays alors qu’aucun électeur n’a encore voté.

Deuxièmement,  l’annonce d’une  plus grande « flexibilité » envers la Russie, qui reste quand même toujours un ennemi potentiel, apporte de l’eau au moulin des faucons conservateurs qui estiment qu’Obama passe pour un faible sur la scène internationale. Un adepte de la politique de la main tendue avec l’Iran ou une carpette devant la Russie et la Chine.

Un des pouvoirs du président américain, à l’instar d’une poignée de chefs d’états à travers le monde, réside dans sa capacité à décider d’une frappe atomique envers tout ennemi potentiel. Une menace qu’il faut toujours garder dans son jeu, à des fins dissuasives.

Obama avait par le passé fait l’erreur de dévoiler qu’il n’autoriserait pas un tel recours à la force avec l’Iran. Un aveu d’impuissance qui avait été fort décrié à travers le pays.

"Tellement préoccupé par le prompteur qu'il n'a rien remarqué" - Michael Ramirez

Semaine compliquée pour Obama

Juste après l’incident, un responsable de l’administration d’Obama répondant à un journaliste d’ABC News a relativisé la nature des propos du président.

« C’est une année électorale dans laquelle les Russes viennent d’avoir une élection. Nous allons nous aussi avoir une élection présidentielle et au Congrès, ce n’est pas le genre d’année où l’on peut résoudre des enjeux aussi compliqués que ceux-ci ».

Ce nouveau couac du président démocrate survient dans une période déjà bien chargée au niveau politique. C’est en effet cette semaine que les neuf juges de la Cour suprême américaine doivent décider si la fameuse réforme de la santé « Obamacare », votée il y a deux ans, est bien en accord avec la Constitution. Un dossier très polémique qui déchire l’échiquier politique entre partisans et détracteurs.

La petite phrase d’Obama: erreur technique, acte manqué ou manœuvre de détournement? Difficile à dire. En tout cas, elle va faire couler beaucoup d’encre. Et les images du « président trop confiant » vont inévitablement rejoindre les prochains spots anti-Obama…

Obama parodié à la sauce « Mad Men »

A mesure que se rapproche l’élection générale, les spots de campagne pleuvent sur la toile. Mais si les candidats s’attaquent entres eux, les satires politiques ne sont évidement pas en reste. Parodies, clins d’œil ou véritables publicités négatives, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les tendances politiques…

Dernière trouvaille, cette animation créée par le journaliste et réalisateur Will Rabbe et diffusée pour la première fois dans le « Chris Matthews Show« , une émission qui traite de la politique américaine.

Ce clip s’inspire totalement du générique de la série à succès « Mad Men », qui aborde l’univers enfumé de la publicité dans les années 60, sur Madison Avenue. Depuis sa création, la série culte accumule les récompenses et a notamment remporté l’Emmy Award de la meilleur série dramatique quatre années d’affilée!

L'équipe de choc de Mad Men en couverture de Newsweek cette semaine

Après un an d’attente, la cinquième saison commence a être diffusée cette semaine aux États-Unis, une belle occasion pour le réalisateur Will Rabbe de se faire un beau coup de pub…

Sur les notes du générique de « Mad Men », Obama s’apprête à quitter le bureau ovale et décroche les portraits de Joe Biden (le vice-président) , Michelle Obama (la First Lady) ainsi que de Bo, le chien le plus célèbre du pays. Le monde du président démocrate s’écroule et il tombe en chute libre, suite à ses mauvais choix politiques…

Chômage en hausse, dette nationale sans précédent, augmentation du prix de l’essence à la pompe, l’Iran nucléarisé d’Ahmadinejad et le prêt fédéral colossal accordé aux géants du secteur automobile… autant d’arguments pour voter républicain le 6 novembre 2012!

A mesure qu’Obama dégringole, des visages républicains montent pour assurer la relève à la Maison Blanche. Ron Paul est évincé au montage donc l’électeur n’a plus que le choix entre trois candidats: Romney, Gingrich et Santorum.  A en croire la hauteur des buildings, l’ancien gouverneur du Massachusetts est clairement le favori. Avec même une petite piqure de rappel à la fin du spot, pour confirmer le choix de Romney qui domine largement ces primaires.

Autocensure du créateur, le dernier plan où le personnage fume tranquillement une cigarette dans le divan est coupée au montage. Selon un article du Huffington Post consacré au sujet et qui reprend la version officielle de la Maison Blanche, Barack Obama serait libéré de sa dépendance tabagique…

A titre de comparaison, voici le générique original de la série de Matthew Weiner, qui dresse un portrait sans concession d’une Amérique désormais révolue, où il était de bon ton de passer son temps à boire, fumer et courtiser ses secrétaires.

 

Pour les amateurs du genre parodique, voici un beau spot diffusé au début du mois: Romney façon « The Artist »!

Bilan des primaires républicaines: déjà 29 états sur 50

Après la Louisiane, dernier scrutin du mois de mars, c’est le moment idéal pour dresser un « instantané » de la course à l’investiture républicaine.

A l’heure actuelle, 29 états sur les 50 que compte le pays ont déjà organisé des élections, sous forme de caucus ou de primaires. Quatre candidats sont toujours en lice: Mitt Romney, Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul.

Au niveau de la « course aux délégués », Mitt Romney reste clairement le grand favori avec plus de délégués que ses trois poursuivants réunis.    Selon les dernières projections d’Associated Press, reprises par le New York Times:

D’ici le 26 juin et l’Utah, qui termine le bal des primaires républicaines, 1.258 délégués devront encore être départagés entre les candidats.

Le premier qui atteindra le seuil de 1.144 délégués sera automatiquement déclaré vainqueur et affrontera Barack Obama dans l’élection générale de novembre.

(Pour mieux comprendre le processus d’attribution des délégués: Romney à la poursuite du chiffre magique)

GOP Madness - Bob Gorrell

29 états – 34 scrutins

Au niveau géographique, les militants de 29 états américains ont déjà voté, ainsi que les électeurs de plusieurs « territoires non-incorporés », qui participent aux primaires mais pas à l’élection présidentielle de novembre. Ces territoires ne sont pas considérés comme des états à part entière et leur poids électoral est relativement limité.

Romney a remporté les suffrages dans toutes les îles: Samoa américaines, Guam, Mariannes du Nord et Porto Rico à l’exception des iles Vierges où Ron Paul s’est imposé.

Bilan primaires républicaines (25 mars)

MITT ROMNEY (16 états/20 victoires)

L’ancien gouverneur du Massachusetts est incontestablement le grand favori des primaires avec 16 victoires à son compteur. Candidat le plus modéré, il a surtout du succès dans les zones urbaines et sur les côtes. Par contre il est plus à la peine dans les régions agricoles et dans le centre du pays, par essence plus conservateur. D’obédience mormone, Romney est aussi soutenu par ses coreligionnaires dans quelques états de l’Ouest américain (Utah, Nevada, Idaho, Arizona…)

New Hampshire et Floride (10-31 janvier)

Nevada, Maine, Arizona, Michigan et Wyoming (février)

Washington (3 mars)

Alaska, Idaho, Ohio, Virginie*, Massachusetts et Vermont (Super Tuesday du 6 mars)

Hawaï (13 mars)  +Porto Rico (18 mars)

Illinois (20 mars)  

* Gingrich et Santorum ont dépassé le délai d’inscription et ont de ce fait manqué la primaire de Virginie, un état du sud assez conservateur, qui leur aurait été en principe favorable!

Mitt Romney: la victoire à l'usure

RICK SANTORUM (11 états)

Le challenger de ces primaires a déjà remporté onze états, principalement dans le Midwest et le sud du pays. L’ancien sénateur de Pennsylvanie incarne la seule alternative crédible à Romney, jugé trop modéré pour l’aile plus conservatrice du parti républicain. Santorum a loupé le coche avec la primaire manquée en Virginie.

Il s’en est également fallu de peu qu’il rafle les primaires du Michigan ainsi que dans l’Ohio. Deux états décisifs dans lesquels la machine de campagne de Romney a fait pencher la balance en investissant plusieurs millions de dollars en publicités négatives. Romney gagne là où c’est vraiment nécessaire, un réalisme qui fait toute la différence dans ces primaires.

Iowa (3 janvier)

Colorado et Minnesota (février)

Tennessee, Oklahoma et Dakota du Nord (Super Tuesday 6 mars)

Kansas (10 mars) Alabama et Mississippi (13 mars)

– Missouri* (17 mars)

Louisiane (24 mars)

* Suite à un cafouillage dans l’organisation du scrutin, les résultats ne sont pas définitifs, la victoire de Santorum au Missouri n’est donc pas encore officielle

Rick Santorum: le challenger ultra-conservateur

NEWT GINGRICH (2 états)

Sérieusement distancé, l’ancien Président de la chambre n’a jusqu’à présent remporté que deux victoires : la Caroline du Sud (21 janvier) et la Géorgie (Super Tuesday du 6 mars) dont il a été le représentant pendant vingt ans. Son vivier électoral se concentre dans le sud du pays mais Gingrich s’est fait déborder par son rival ultra-conservateur Santorum, qui l’a finalement devancé dans des états tels que le Tennessee, l’Alabama, le Mississippi ou encore la Louisiane.

Mathématiquement hors course, il n’a pour ambition que d’empêcher Romney d’atteindre le chiffre magique de 1.144 délégués. Qualifié par la presse de saboteur ou d’ agent du chaos, Gingrich continue son travail de perturbateur sans que l’on sache si son retrait servirait ou non la cause de Santorum. Le candidat de Géorgie ne remportera vraisemblablement plus aucune victoire dans ces primaires.
 

RON PAUL

Lanterne rouge des primaires, le texan est aussi le seul candidat sans aucune victoire à revendiquer. Sa stratégie repose uniquement sur la collecte maximale de délégués afin d’arriver en position de force lors de la convention nationale du parti qui se déroulera fin août à Tampa Bay en Floride. Dans son baroud d’honneur, le doyen de la course profitera de cette tribune de premier plan pour diffuser ses idées libertariennes en tentant d’influer sur les lignes directrices du parti.

Carte des 50 états américains

Primaires de Louisiane : Santorum prince du bayou

L’ultra-conservateur Rick Santorum a triomphé lors des primaires de « l’état du pélican », en remportant près de la moitié des suffrages. Une 11e victoire qui prouve que son message axé sur des valeurs chrétiennes et puritaines séduit une certaine branche de l’électorat républicain.

Dernier scrutin du mois de mars, la primaire de Louisiane était clairement un objectif de campagne de l’ancien sénateur de Pennsylvanie. Alors que le dépouillement touche à sa fin, Santorum est déjà assuré de gagner haut la main, avec près de 50% des votes. Inconnu au niveau national jusqu’à sa victoire surprise en Iowa début janvier,  le candidat anonyme s’est mué en un challenger solide face au favori Mitt Romney.

Si au final, le mormon va très probablement remporter l’investiture du parti, Santorum va tout faire pour freiner ses ambitions en tentant de l’empêcher d’obtenir le total de 1.144 délégués, sésame pour gagner les primaires. « La course est longue et loin d’être finie » a déclaré le champion des valeurs familiales, en commentant ses derniers résultats électoraux. Santorum annonce la couleur, il ne jettera pas l’éponge et cette campagne des primaires risque de tirer en longueur. Jusqu’en mai, voire jusqu’en juin avec le scrutin en Californie, l’état le plus peuplé du pays.

Santorum: le champion des valeurs

Gingrich: la fin de l’espoir

Un autre constat de ces résultats en Louisiane est l’échec cuisant de Newt Gingrich, qui misait pourtant beaucoup cet état du sud pour revenir sur le devant de la scène. Avec seulement deux victoires au compteur (la Caroline du Sud et la Géorgie) après une trentaine de scrutins, l’ancien président de la Chambre continue sa descente aux enfers. Avec l’ascension de Santorum comme porte-drapeau des valeurs ultra-conservatrices, Gingrich a perdu son vivier électoral et ses espoirs de succès.

Politiquement, médiatiquement et mathématiquement hors course, le bouillonnant candidat de Géorgie ne doit sa survie qu’à la perfusion financière du milliardaire Sheldon Adelson,  « empereur des casinos » qui soutient sa campagne pour ses positions pro-israéliennes.Gingrich ne va probablement plus remporter aucune victoire dans ces primaires et s’il reste officiellement candidat à l’investiture républicaine, la course s’est depuis longtemps transformée en un duel Romney-Santorum, modérés contre conservateurs.

(Lire à ce sujet: Le chant du cygne de GingrichGingrich:toujours plus proche de la voie de garage)

Ron Paul au finish

Lanterne rouge de la course, Ron Paul n’a lui aussi plus aucun espoir de remporter l’investiture, comme il le reconnait d’ailleurs ouvertement.   La stratégie du texan repose uniquement sur la collecte maximale de délégués afin d’arriver en position de force lors de la convention nationale du parti qui se déroulera fin août à Tampa Bay en Floride. Dans son baroud d’honneur, le doyen de la course profitera de cette tribune de premier plan pour diffuser ses idées libertariennes en tentant d’influer sur les lignes directrices du parti.

La révolution selon Ron Paul (B.Vokar)

Printemps favorable à Romney

Le mois d’avril devrait normalement sourire à Mitt Romney, même si les 329 délégués en jeu ne suffiront pas à atteindre le seuil des 1.144 délégués, synonyme de victoire. Largement en tête dans la course aux délégués, le mormon en a déjà collecté 568 selon les projections d’Associated Press, soit plus que ses trois poursuivants réunis: 273 pour Santorum, 135 pour Gingrich et 50 pour Paul.

L’ancien gouverneur du Massachusetts devrait logiquement dominer la plupart des scrutins de la côte-Est. Des états plus modérés que ceux du Sud ou du Midwest, qui sont eux plus favorables aux idées de Santorum.

Romney: le favori mal aimé

Le mardi 3 avril, les primaires se dérouleront au Maryland (37 délégués), dans le région des grands lac au Wisconsin (42) ainsi que dans la capitale, Washington D.C. (19).

Après trois semaines sans scrutin, les affaires reprendront le 24 avril avec des primaires dans cinq états de la côte-Est : Connecticut (28 délégués), Delaware (17), Rhode Island (19), Pennsylvanie (72) et New York (95).

En avril, Santorum continuera sa « stratégie du boulet » en empêchant Romney de s’emparer de l’intégralité des délégués. Il sauvera probablement aussi l’honneur en remportant la Pennsylvanie, l’état qu’il a représenté au Sénat.

Louisiane - l'état du pélican

§ Résultats de la primaire de Louisiane : (46 délégués)

1° RICK SANTORUM

> 49,2%  / 88.042 votes de préférence

2° MITT ROMNEY

> 26,5%  / 47.495 votes de préférence

3° NEWT GINGRICH

> 15,9%  / 28.505 votes de préférence

4° RON PAUL

> 6,1%  / 10.971 votes de préférence

(Sources des résultats: Washington Post)

Speech de Rick Santorum après sa victoire en Louisiane

Primaire en Illinois : Romney enfonce le clou

Si la victoire du grand favori des primaires était prévisible, l’ampleur de celle-ci va quelque peu mettre en sourdine les critiques de ses détracteurs. Avec l’Illinois, Mitt Romney remporte une victoire stratégique dans le fief d’Obama, son très probable adversaire de novembre.

En remportant le scrutin dans « l’état des plaines », l’ancien gouverneur du Massachusetts a décroché sa 16e victoire depuis le début des primaires, le 3 janvier dernier. Un palmarès impressionnant après les suffrages dans 28 états sur les 50 que comptent le pays.

Son équipe de campagne se félicite même de son 20e succès, car Romney a également remporté les scrutins dans les îles de Porto Rico, Guam, les Mariannes du Nord et les Samoa. Des « territoires non-assimilés » qui participent aux primaires mais pas à l’élection présidentielle générale.

Au niveau de la récolte des délégués, le mormon en a déjà accumulé plus que ses trois rivaux réunis et il continue de creuser l’écart sur ses poursuivants. Comme le confirme cette dernière projection de l’Associated Press reprise par le New York Times (les chiffres varient d’un média à l’autre).

Projection des résultats dans la course aux délégués (21 mars)

Au vu de ces résultats, rien ni personne ne semble pouvoir empêcher Romney de remporter les primaires de son parti.  Dès qu’il parviendra à obtenir la somme de 1 .144 délégués, le candidat sera automatiquement proclamé vainqueur. Mais d’ici là, la route sera encore longue et sinueuse car ses adversaires sont déterminés à rester dans la course.

Santorum ne lâchera rien

Son rival principal, Rick Santorum, est loin derrière, avec moins de la moitié des électeurs et à peine dix victoires à son compteur. Pourtant, l’ancien sénateur de Pennsylvanie y croit plus que jamais et il a promis hier soir dans un discours  à ses partisans de poursuivre le combat jusqu’au bout. Santorum  s’accrochera donc  jusqu’au bout, à moins que Romney n’atteigne le fameux « nombre magique ».

Certes, le catholique n’a terminé que second en Illinois mais il est systématiquement en confrontation directe avec le mormon.  Santorum incarne la seule alternative à Romney, que beaucoup de militants du parti estiment trop modéré. Newt Gingrich et Ron Paul sont quant à eux complètement hors course dans ces primaires. Le dernier carré républicain a laissé place à un duel entre deux courants d’idées : les modérés contre les conservateurs. Une césure nette et profonde qui déchire de plus en plus le parti de l’éléphant.

Sourires de façade entre Santorum et Romney

Les étapes suivantes

Le prochain scrutin se déroulera le samedi 24 mars, en Louisiane, avec 46 délégués à la clé. Jusqu’à présent le sud du pays a plutôt souri à Santorum, qui devrait normalement remporter les suffrages.

Ensuite, le mois d’avril devrait être plutôt favorable à Romney avec plusieurs primaires dans les états plus modérés de la côte-Est : Maryland, Connecticut, Delaware, New York, Rhode Island,…

Néanmoins, en tant qu’ancien sénateur de Pennsylvanie, Santorum devrait gagner sur ses terres ainsi qu’au Texas, un état clé des primaires.

Romney, le gendre idéal

Largement en tête sur le papier, Mitt Romney est clairement favori et il a toutes les cartes en main pour remporter l’investiture du parti. Candidat le mieux préparé à l’exercice des primaires, il possède l’équipe de campagne la mieux organisée au niveau national, des réserves de trésorerie conséquentes et le soutien de quelques amis, millionnaires comme lui, en cas de besoin. Et pourtant il semble toujours lui manquer quelque chose.

Malgré ses efforts, Romney peine à susciter un véritable engouement et à fédérer un électorat républicain décidément très disparate.
C’est un peu le favori « par défaut », faute de trouver mieux.  A l’image d’un gendre idéal, parfait sous tous rapports mais dont on ne tombe pas amoureux. A moins d’une catastrophe, Romney finira par gagner les primaires, à l’usure et sur la longueur, d’ici à la fin juin.

Il devra se battre pour chaque scrutin et dépensera comme jusqu’à présent des sommes considérables pour faire pencher la balance dans les états indécis. Une stratégie qui s’est déjà avérée payante en Floride, au Michigan ou en Ohio face à de relativement faibles rivaux républicains.

Mais face à Obama dans l’élection générale, la tâche sera nettement plus difficile. Car au jeu de qui récolte le plus d’argent, Romney a quelques leçons à apprendre du président démocrate. Pendant que la bataille fait rage côté républicain, le camp démocrate encaisse tranquillement les chèques.

§ Résultats de la primaire en Illinois :

MITT ROMNEY

> 46,7%  /  428.434 votes de préférence

RICK SANTORUM

> 35%  /  321.079 votes de préférence

RON PAUL

> 9,3%  / 85.464 votes de préférence

NEWT GINGRICH

>   8%  / 72.942 votes de préférence

(Source des résultats: Washington Post)

Course aux délégués: à la poursuite du « chiffre magique »

La course à l’investiture est un processus très complexe où il est parfois nécessaire de sortir sa calculette. Tentative de décryptage.

Mitt Romney a beau s’imposer comme le grand favori de ces primaires républicaines, il ne sera déclaré vainqueur que s’il parvient à collecter un total de 1.144 délégués.  Et ses rivaux conservateurs sont déterminés à l’empêcher d’atteindre ce seuil décisif.

A moins d’avoir un favori évident, comme Obama pour le camp démocrate, différents candidats doivent s’affronter dans l’espoir de devenir « le candidat officiel » du parti. Dans ces primaires républicaines, quatre candidats sont encore en lice: Mitt Romney, Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul.

Pour devenir « le candidat républicain » dans  l’élection présidentielle de novembre, une seule méthode: accumuler les succès électoraux dans les différents états et collecter peu à peu des délégués. Pour faire simple : plus de militants votent pour un candidat, plus il remporte de délégués et plus vite il remporte les primaires de son parti.

Dernier carré républicain: Romney - Paul - Santorum - Gingrich

A la poursuite du chiffre magique

L’ensemble des 50 états américains, ainsi qu’une poignée de « territoires non-incorporés » (Porto Rico, Guam, etc.) rapportent aux candidats un nombre de délégués, proportionnels à la taille de leur population. C’est assez logique que la Californie  « pèse » plus que le Vermont ou l’Alaska.

Si l’organisation des scrutins varient selon les états (primaires, caucus, hybride,…) le principe est toujours le même : répartir les délégués entre les candidats, en fonction des résultats obtenus dans les urnes.

Au total : 2.286 délégués sont mis en jeu à travers le pays, ce qui détermine le seuil de majorité à 1.144 délégués. Lorsqu’un candidat obtient ce « chiffre magique », cette ligne d’arrivée virtuelle, l’élection s’arrête automatiquement. Il est déclaré gagnant et peut se préparer à l’élection présidentielle de novembre, face à  au candidat démocrate.

1.144 délégués - Le nombre magique pour les candidats républicains

Plus de suspense, plus de complexité

L’organisation de la cinquantaine de scrutins est gérée par les différents états ainsi que par le parti républicain au niveau fédéral. Et suivant les années, les règles électorales évoluent. Il faut se rendre à l’évidence, rien n’est jamais simple…

Afin d’entretenir le suspense et d’attirer l’attention médiatique, le parti républicain a décidé d’imiter le camp démocrate, en favorisant l’usage du « système proportionnel ». Par le passé, nombre d’états utilisaient plutôt la méthode du « Winner take all » où le gagnant dans les urnes remporte d’un seul coup l’intégralité des délégués mis en jeu. Peu importe de gagner avec 100 ou 100.000 voix d’avance, seul compte de terminer premier.

Avec ce système assez sommaire, dès qu’un candidat gagnait quelques états clés (Californie, Texas, Floride, New York,…) il devenait très vite impossible à rattraper et ses rivaux abandonnaient la partie. Lors des primaires républicaines en 2008 par exemple, John McCain avait remporté pas mal de scrutins lors du « Super Tuesday » et dès le lendemain son rival Mitt Romney jetait l’éponge. Le 7 février 2008, la campagne des primaires  était déjà terminée!

Mais désormais, avec un nombre croissant d’états qui utilisent le « système proportionnel« , la situation n’est plus aussi limpide. Car si ce procédé est certainement plus démocratique, il a pour effet principal de rallonger la durée de la campagne. Cette année l’Iowa a donné le coup d’envoi des primaires républicaines le 3 janvier, tandis que l’Utah terminera le bal le 26 juin prochain. Soit six mois de primaires !

Vers une convention négociée ?

Dans ces primaires, Romney est incontestablement le grand favori et s’il atteint le chiffre magique de 1.144 délégués, l’élection s’arrête là. Mais si ces rivaux conservateurs arrivent à l’en empêcher, la campagne peut tirer en longueur jusque fin juin, avec éventuellement aucun candidat déclaré vainqueur!

Dans ce cas de figure hypothétique, les instances officielles du parti devraient alors débattre, lors de la convention nationale républicaine qui se tiendra du 27 au 30 août prochain à Tampa, en Floride.  A l’issue de ces quartiers généraux, le parti devra de toute façon trancher et désigner un candidat officiel.

Un « chevalier blanc » pourrait alors éventuellement sortir de nulle part, un candidat mystère qui fasse l’unanimité auprès des électeurs. Un scénario qui circule dans les médias mais qui s’apparente surtout à une mission impossible, vu les divergences d’opinions au sein de l’électorat républicain. Un invité surprise, moins de trois mois avant l’élection, c’est un échec quasiment assuré pour les républicains, face à la solide organisation démocrate et leur champion Obama.

Bref, cette idée de « convention négociée » (brokered convention) reste une éventualité mais son utilisation est vraiment très peu probable.  Véritable solution de la dernière chance, ce  système de nomination n’a plus eu cours depuis 1976 !

L'éléphant, symbole du parti républicain

La guerre des chiffres

Dans cette course aux délégués, il faut souvent sortir sa calculette d’autant plus que les résultats varient selon les médias. Des différences qui s’expliquent de deux façons:

D’une part, le processus de répartition. Sans rentrer dans le détail, certains états désignent directement les délégués le jour du scrutin, tandis que d’autres attendent plusieurs semaines, voire jusqu’à la convention du parti fin août.

D’autre part,  il existe deux types de délégués, ce qui prête souvent à confusion.

– les délégués « normaux » (« pledged delegates« ), qui sont élus par les militants lors des primaires, proportionnellement aux résultats de chaque candidat. En d’autres termes, plus vous avez de voix, plus vous recevez de délégués.

– les délégués « influents » (« unpledged delegates« ) qui sont beaucoup moins nombreux. Ceux-ci ne sont pas élus lors des suffrages dans chaque état mais il s’agit de membres importants du parti (gouverneurs, sénateurs,etc.).

 En tant que  « personnalités locales du parti », ils sont libres de voter pour le candidat de leur choix et son libres de changer d’avis pendant les primaires. Ce qui explique que leurs soutiens à tel ou tel candidat est toujours relatif.

Pour ces différents raisons, les médias établissent des « projections » de la répartition des délégués mais ces résultats sont toujours à prendre avec des pincettes….

A ce stade des primaires républicaines et selon les projections de l’Associated Press reprises par le New York Times:

Romney est largement en tête avec plus de 500 délégués à son compteur

Santorum est clairement dans la position du challenger avec près de la moitié des délégués

Gingrich en troisième position est déjà largement distancé

Paul termine la marche avec une cinquantaine de délégués, soit dix fois moins que Romney. Il est mathématiquement hors course.

– Le chiffre magique s’élève à 1.144 délégués et il reste encore 1.324délégués à répartir, soit plus de la moitié…

Course aux délégués 20 mars (projections AP/NY Times)

Romney : carton plein à Porto Rico

Le favori des primaires semble particulièrement plaire à l’électorat latino. Après ses succès en Floride et en Arizona, le mormon vient de réaliser un score fleuve lors du scrutin à Porto Rico.

L’île caribéenne de Porto Rico n’est pas considérée comme un état américain à part entière, néanmoins ses habitants peuvent participer aux primaires du parti républicain. Les militants de ce « territoire non-assimilé » devaient répartir 20 délégués entre les différents candidats mais Mitt Romney n’a pas fait de quartier.  Avec un score presque stalinien, 88% des votes à l’arrêt du dépouillement, l’ancien gouverneur du Massachusetts a empoché l’intégralité des délégués mis en jeu.

Le duel des primaires: Romney Vs Santorum

Largement en tête dans la course aux délégués (il en a plus à lui seul que tous ses rivaux réunis) le mormon continue de marquer des points. «Je ne peux pas vous dire exactement comment le processus va se dérouler mais je parie qu’au final je vais devenir le nominé du parti » assure Romney, pour couper l’herbe sous le pied de ses détracteurs.

Rick Santorum ne s’était pas attardé dans l’île, préférant concentrer ses efforts électoraux sur l’Illinois, un état nettement plus stratégique qui votera mardi 20 mars. Avec 69 délégués en jeu, l’état dont Obama a été le sénateur est une étape clé sur la longue route des primaires. L’ « état des prairies » est aujourd’hui le siège d’une bataille rangée entre Romney et Santorum, qui se déchirent à coups de spots publicitaires négatifs.

Selon la moyenne de sondages établie par Real Clear Politics, le mormon conserve toujours 6% d’avance sur son rival conservateur…

§ Résultats de la primaire de Porto Rico (20 délégués) :

1° MITT ROMNEY

> 88%   /   95.761 votes de préférence

2° RICK SANTORUM

> 8,5  / 9.235 votes de préférence (soit dix fois moins!)

3° NEWT GINGRICH

> 2,2% / 2.364 votes de préférence

4° RON PAUL

> 1,3%  / 1.412 votes de préférence

(Source des résultats: New York Times)