Santorum jette l’éponge!

Surprise en cette fin de Week-end Pascal: Rick Santorum vient d’annoncer son retrait de la course à l’investiture républicaine. S’il déclare suspendre sa campagne pour des raisons personnelles, l’issue était de toute façon inéluctable.

Alors que la presse américaine s’attendait plutôt à un abandon imminent de Newt Gingrich, Rick Santorum a pris tout le monde de court en annonçant son retrait des primaires suite à l’hospitalisation de sa fille Bella atteinte d’une pneumonie. L’outsider de la course sort la tête haute, fort de ses onze victoires et fidèle à ses principes de « candidat des valeurs familiales »…

L’ancien sénateur de Pennsylvanie évite du même coup le scrutin du 24 avril prochain, dans l’état qu’il a représenté douze ans au Congrès. Selon les derniers sondages, Romney le devançait et perdre sur « ses terres » aurait probablement sonné le glas de sa campagne. Avec une humiliation cinglante au passage.

Santorum entouré de ses proches dans son fief de Gettysburg

Dans son fief électoral de Gettysburg, le candidat entouré de ses proches a prononcé un discours d’une quinzaine de minutes, annonçant son retrait immédiat de la campagne mais ne fermant pas la porte à un éventuel retour en 2016.

 

« Même si cette campagne présidentielle est terminée pour moi, nous n’abandonnons pas le combat » a affirmé le candidat. Après avoir remercié toute son équipe de campagne et les nombreux sympathisants, Santorum a également rendu hommage à son grand-père qui avait émigré d’Italie jusqu’aux États-Unis afin d’y travailler comme mineur. Un véritable symbole du rêve américain.

Pour conclure, Santorum a rappelé que l’objectif principal du camp républicain était de battre Obama lors de l’élection de novembre mais sans préciser s’il allait officiellement apporter son soutien à Mitt Romney.

Avec le retrait de son rival principal et New Gingrich qui  devrait aussi jeter l’éponge dans les jours à venir, Mitt Romney a désormais le champ totalement libre pour se consacrer à l’élection générale face au président démocrate. L’ancien gouverneur du Massachusetts sera également le premier candidat de confession mormone à dépasser le stade des primaires. Maintenant, la prochaine question qui va démanger la presse américaine sera de découvrir qui l’accompagnera comme vice-président sur le ticket présidentiel. Beaucoup de noms circulent déjà…

Santorum en plein recueillement (Christopher Gregory-Getty Images)

Gingrich : le candidat en chute libre

Abandonné par son dernier mécène, la campagne de Newt Gingrich va droit dans le mur. Mathématiquement hors course, une seule inconnue subsiste : combien de jours avant qu’il ne jette définitivement l’éponge ?

L’adage est bien connu : quand le bateau coule, les rats quittent le navire. Et si « capitaine Gingrich » se donnait la peine d’ouvrir les yeux, il se rendrait bien compte que sa campagne prend l’eau de toute part. Depuis plusieurs semaines, les mauvaises nouvelles s’enchaînent et plus personne ne croit à ses perpétuelles promesses de « comeback fracassant » !

(Lire les articles précédents sur le même sujet: Le chant du cygne de GingrichGingrich:toujours plus proche de la voie de garage)

Près de trois mois après le début des primaires républicaines, l’homme fort de Géorgie doit se rendre à l’évidence: il n’a plus aucun espoir de succès. Après une trentaine de scrutins, Gingrich n’a remporté que deux états (Caroline du Sud et Géorgie), contre 16 pour Romney et 11 pour Santorum. Et à moins d’un miracle, il ne gagnera plus nulle part.

Complètement largué dans la collecte de délégués, le palmarès de Gingrich  a juste de quoi impressionner Ron Paul, la lanterne rouge des primaires. L’heure de gloire de l’ artisan de la « révolution conservatrice », où les républicains avaient récupéré le contrôle du Congrès en 1994, semble désormais révolue.

Newt Gingrich

Selon la moyenne des sondages établie par « Real Clear Politics« , Gingrich pointe depuis un moment sous la barre des 15% d’intentions de vote, un score nettement insuffisant pour encore espérer remporter l’investiture. D’autant que cet indicateur ne prend pas en compte les mauvais nouvelles des derniers jours…

Hier, la presse américaine faisait écho des difficultés de trésorerie du candidat. Avec un bilan financier dans le rouge, Gingrich effectue de drastiques coupes budgétaires en limitant ses déplacements et en renvoyant un tiers de son équipe, dont son directeur de campagne !

L’empereur des casinos abandonne Gingrich

Les dons des sympathisants ne remplissent plus les caisses depuis longtemps et Gingrich ne devait son salut qu’aux largesses de son mécène, Sheldon Adelson. Afin de soutenir les idées pro-israéliennes du candidat, le milliardaire avait injecté plus de 16,5 millions de dollars via le « Super Pac pro-Gingrich ».

Une broutille pour « l’empereur des casinos » qui est à la tête d’un empire colossal. Selon un article du Huffington Post, qui reprend un calcul de Forbes, cet ultra-riche gagnerait en moyenne 3,3 millions de dollars…de l’heure !

Sheldon Adelson s’est d’ailleurs dit prêt à  investir pas moins de 100 millions de dollars afin d’empêcher un deuxième mandat d’Obama.
Mais l’homme au chéquier illimité s’est lui aussi finalement rendu compte qu’il ne misait pas sur le bon poulain. Dans une vidéo publiée sur le Jewishjournal, le milliardaire vient d’annoncer qu’il retirait son soutien à Gingrich parce que le candidat est « en bout de course »…

Mercredi matin sur MSNBC, son porte-parole (bientôt au chômage) avait beau détailler la stratégie de Gingrich, plus personne n’était dupe.
Mathématiquement hors course, le candidat a pour unique objectif d’empêcher Mitt Romney, d’atteindre le total de 1.144 délégués, seuil nécessaire pour gagner l’investiture.

Dans pareil cas de figure, les compteurs seraient alors remis à zéro pour un second tour, une procédure d’exception dénommée « convention négociée ». Les instances dirigeantes du parti, réunies en convention en Floride, devraient alors désigner le candidat officiel du parti…

Désormais sans perfusion financière, l’ancien président de la Chambre n’a plus aucun espoir dans ces primaires. Techniquement, si toute sa stratégie repose sur la convention négociée, il devra s’accrocher jusque fin août. Bon courage Newt. Moïse a bien erré 40 ans dans le désert.

Sondage de CNN: Gingrich doit il jeter l'éponge?

Gingrich: toujours plus proche de la voie de garage

Depuis un mois et son unique victoire en Caroline du Sud, Newt Gingrich continue sa longue traversée du désert. Débordé par son rival ultra-conservateur Rick Santorum, le « candidat yo-yo » de ces primaires à rebondissements table toujours sur un énième comeback de plus en plus improbable…

Début janvier, juste avant le lancement des primaires républicaines, le bouillonnant Newt Gingrich dominait les intentions de vote au niveau national. Discret lors des deux premiers scrutins, en Iowa et au New Hampshire, l’ancien président de la Chambre marqua les esprits en remportant l’état de la Caroline du Sud, avec une avance confortable sur Mitt Romney. Le « candidat de l’expérience» s’affirmait alors comme la seule alternative au mormon du Massachusetts.

Mais ce succès ne dura pas longtemps, dès lors que l’équipe de campagne de Romney a commencé son travail de sape. A coups de millions dépensés en publicités négatives, la réputation déjà sulfureuse de Gingrich a vite été mise à jour et sa cote de popularité a chuté aussi vite qu’elle était montée.

Lors des scrutins suivants, en Floride et au Nevada, Romney a triomphé et confirmé du même coup son statut de favori des primaires. Ensuite est venu le tour de Santorum de focaliser l’attention des médias. Et pendant ce temps, Newt Gingrich, le « candidat qui rêve de coloniser la lune » ronge son frein, espérant toujours revenir sur le devant de la scène.

Un mauvais sens du timing

Le plus gros problème de Gingrich, c’est le temps. Sa stratégie électorale repose essentiellement sur les états du sud du pays, qui lui sont en principe favorables. Mais entre le scrutin en Caroline du Sud, qu’il a remporté le 21 janvier dernier, et les autres primaires où il espère avoir du succès,  il y a plus de six semaines d’écart! Soit une éternité en politique…

L’ancien président de la Chambre mise tout sur le « Super Tuesday » du 6 mars, journée cruciale où les militants de dix états attribueront d’un seul coup plus de délégués que tous ceux distribués jusqu’à présent. Ce mardi-là, quatre « états du sud » tiendront des élections: la Virginie, le Tennessee, l’Oklahoma et la Géorgie, véritable bastion électoral de Gingrich.

Si les scrutins se déroulaient fin janvier, Gingrich aurait sans nul doute remporté quelques victoires et serait resté dans la course à l’investiture républicaine. Mais vu la tournure que prennent les événements, il a de plus en plus de chances de rater son coup et de finir tout simplement hors-jeu. S’il ne rebondit pas lors du « Super Tuesday », Gingrich n’aura d’autre choix que de jeter l’éponge.

L’art de la campagne de proximité

Optant pour une stratégie très différente, Rick Santorum s’est concentré sur quelques états de petites tailles, où il a mené une véritable campagne de terrain. S’il a créé la surprise en remportant le caucus de l’Iowa, ce n’est pas sans raison. Très motivé, le candidat a parcouru les 99 comtés de l’état à bord d’un pick-up, en allant à chaque fois à la rencontre de ses habitants ! Une tactique de proximité qui n’est possible que dans un état à taille réduite (à moins de passer vingt ans sur les routes) qui s’est finalement avérée payante.

Fort de ce succès initial en Iowa, qui lui a apporté soutien médiatique et financier, Santorum a ensuite boycotté quelques étapes afin de se concentrer sur les scrutins du 7 février. Ce jour-là, il remporte simultanément les caucus du Colorado et du Minnesota ainsi que le « concours de beauté » du Missouri, auquel Gingrich ne participe même pas.

Rick Santorum - le rival conservateur

Un rival dérangeant

Jusqu’à ce trio de victoires, l’ancien sénateur de Pennsylvanie a habilement fait profil bas. Évitant les coups, il a assisté au « duel Romney-Gingrich », laissant le mormon éroder peu à peu la réputation de l’ancien président de la Chambre.

Jouant sur la même corde religieuse et ultra-conservatrice, Rick Santorum est le véritable adversaire de Newt Gingrich. Ron Paul surfe sur la vague libertarienne et anti-gouvernementale, avec des militants déjà tout acquis à sa cause tandis que les autres candidats  conservateurs (Cain, Bachmann et Perry) ont déjà abandonnés la course.

Résultat : Santorum et Gingrich se partagent le vivier électoral des ultra-conservateurs, des évangélistes et des militants indécis du mouvement Tea Party. Un ensemble hétéroclite d’électeurs mais qui ont en commun d’être tous farouchement hostiles à Barack Obama et qui estiment que Mitt Romney est beaucoup trop modéré pour représenter le parti face à lui.

Le dernier carré républicain: Santorum - Gingrich - Romney - Paul

Gingrich, populaire chez les pandas

Tel Moise, l’ancien président de la Chambre continue sa traversée du désert. A mesure que passe les semaines, il continue son errance et semble de plus en plus boudé par les médias (toute proportion gardée), qui lui préfère Santorum.  Désireux de combler son déficit d’image, Gingrich essaie inexorablement de faire parler de lui. Mais les dernières vidéos qu’il diffuse sont symptomatiques d’une campagne en perte de vitesse.

Dans celle-ci, Gingrich s’offre un break, avec une visite VIP au zoo de San Diego, en Californie. Après avoir donné à manger à un éléphant, l’animal symbole du parti républicain, le candidat nourrira également un panda. Une bien curieuse stratégie électorale…

Le début de la fin

Même si Gingrich assure le contraire, il y a fort à parier que le transfert de voix de ses partisans vers Santorum va continuer. Le 28 février se tiendront deux primaires essentielles pour observer ce phénomène: en Arizona et dans le Michigan, l’état natal de Romney. Si les sondages actuels se vérifient dans les urnes, Gingrich terminera à chaque fois loin derrière Romney et Santorum, se disputant plutôt la troisième place avec Ron Paul. Et même dans les états du sud des États-Unis, il semble perdre du terrain. Encore un signe inquiétant pour sa campagne…

Un autre désaveu cinglant pour le candidat vient de la part de la « National Review », sans doute le magazine le plus conservateur du pays.
Dans un éditorial sans équivoque, son auteur demande à Gingrich de faire un part de côté. C’est à dire abandonner sa campagne pour soutenir celle de Santorum. Une humiliation de plus pour celui qui donnait le ton après sa victoire en Caroline du Sud. Plus personne n’est dupe, la candidature de Gingrich est brulée et il ne sera plus jamais favori dans ces primaires. Même son riche soutien financier, l’empereur des casinos Sheldon Adelson, n’a pas exclu de soutenir à terme un autre candidat…

Avec ce pari risqué de tout miser sur le « Super Tuesday », Gingrich semble avoir raté le coche au bénéfice de Santorum, qui se profile aujourd’hui comme le véritable adversaire de Romney. Gingrich affirme qu’il n’a pas encore tiré toutes ses cartouches et promet que le meilleur reste à venir dans ces primaires à rebondissements. Il répète sans cesse qu’il va bientôt faire un comeback fracassant…comme pour mieux s’en convaincre.

La chute de Newt

Bachmann: abandon sur KO

L’égérie du Tea Party avait beau sourire à pleines dents, hier soir devant ses supporters en Iowa, elle n’en menait déjà plus large…

En courbe descendante dans les sondages depuis des semaines, la seule candidate féminine en lice pour l’investiture républicaine n’a jamais été en mesure de retrouver le succès son début de campagne, l’été dernier. Éclipsée par Rick Perry qui se lançait alors dans la bataille, Bachmann se fera tour à tour dépasser par Romney, Cain, Gingrich, Paul, puis Santorum. Bref, presque l’ensemble des candidats du parti.

Abandonnée la semaine dernière par Kent Sorenson, son directeur de campagne pour l’Iowa, la campagne se Bachman prenait déjà l’eau de toutes parts. Quand le bateau coule, les rats s’empressent de quitter le navire et Kent Sorenson a vite fait de rejoindre l’équipe de Ron Paul « qui est plus à même de battre Romney et de remporter l’investiture du parti » avait-il alors annoncé à la presse.

Seul Dieu semblait alors ne pas se détourner de Michelle Bachmann mais au vu des résultats définitifs, il n’a clairement pas exaucé ses prières. L’humiliation est totale pour la candidate qui concourrait pourtant à domicile. Avant-dernière du peloton, elle peine à obtenir 5% des voix et ne devance que Jon Huntsman, qui n’a même pas fait campagne en Iowa!

Dans une conférence de presse, au lendemain du verdict sans pitié de ses concitoyens, Michelle Bachmann a annoncé se retirer de la course à l’investiture républicaine. Elle a également, comme il est de coutume, demandé à ses supporters de s’unir autour du futur champion du parti, sans pour autant préciser à qui elle apportera son soutien.

Comme j’en parlais aujourd’hui même sur ce blog, son seul espoir est d’être éventuellement repêchée comme Vice-Présidente par le favori républicain, un candidat qui aurait peut être intérêt à rallier à sa cause les sympathisants du Tea Party…

Mitt Romney, l’appel est lancé.

 

 

 

Herman Cain jette l’éponge

Herman Cain, candidat républicain à l’investiture républicaine pour la présidentielle de 2012, a annoncé, samedi 3 décembre, à ses soutiens qu’il suspendait sa campagne en raison des accusations de harcèlement sexuel et d’adultère qui brouillent sa candidature.

« Je suspends ma campagne présidentielle à cause des incessantes diversions qui ne cessent de me blesser ainsi que ma famille », a-t-il déclaré à ses soutiens réunis à Atlanta devant ce qui devait être son siège de campagne. Le candidat noir-américain, auprès de qui se trouvait sa femme Gloria, a affirmé que les accusations portées contre lui étaient « fausses et non prouvées » et qu’il était « en paix » avec sa conscience.
En lice face à sept autres candidats à l’investiture républicaine, il a ajouté qu’il ferait connaître le nom du candidat ayant sa préférence pour la présidentielle de 2012 mais que celui-ci ne pouvait pas être Barack Obama. En ce qui le concerne, il a annoncé cependant qu’il briguerait de nouvelles responsabilités politiques dans le futur, sans pour autant préciser lesquelles.

Cette annonce met fin à une campagne inédite qui a amené cet ancien entrepreneur aux origines modestes du Sud des Etats-Unis dans la course finale pour la présidentielle américaine.
Lundi, une femme a déclaré à la télévision avoir été pendant treize ans la maîtresse de M. Cain, ancien directeur d’une chaîne de pizzerias, déjà accusé par quatre femmes de harcèlement sexuel alors qu’il caracolait en tête des sondages en compagnie du favori Mitt Romney. Il a depuis été distancé par l’ancien président de la Chambre des représentants, Newt Gingrich.
Ces accusations explosives combinées à des interview à la presse ayant mis au jour d’importantes lacunes sur plusieurs grandes questions d’affaires étrangères, ont jeté un froid parmi ses soutiens républicains.

>> Suite à son abandon, Herman Cain a décidé d’apporter son soutien à Newt Gingrich.