La messe est dite chez les républicains

Les stratèges du parti de l’éléphant et les analystes politiques des différents médias américains sont désormais unanimes. Mitt Romney remportera à terme l’investiture républicaine et affrontera Barack Obama dans l’élection générale de novembre.

Quatre candidats sont toujours en course mais le suspense est déjà retombé. Même si techniquement la campagne des primaires pourrait durer jusque juin, les jeux sont faits et rien ne pourra plus arrêter Mitt Romney.  A chaque scrutin, le favori creuse l’écart sur ses poursuivants et se rapproche toujours plus du fameux « nombre magique » des 1.144 délégués, ligne d’arrivée symbolique de la course à l’investiture.

Depuis les derniers succès de l’ancien gouverneur du Massachusetts, plusieurs indices viennent encore confirmer sa victoire inéluctable. A l’image d’Obama, qui l’a pour la première fois attaqué nommément lors d’une conférence de presse. La consigne est donnée et le camp démocrate décoche ses premières flèches avec des spots ouvertement hostiles à Romney.

(Caricature de Bosch Fawstin)

Romney recrute du soutien

Côté républicain, le rythme est également en train de s’accélérer et de nombreux poids lourds du parti se rallient à la candidature du mormon. Car si le parti est profondément divisé entre une aile plus modérée et une autre plus conservatrice, un projet commun fédère l’ensemble des militants: empêcher un deuxième mandat du président démocrate. Romney est souvent considéré comme le « candidat par défaut » ou le « favori mal aimé » mais il reste néanmoins le seul espoir pour reprendre le contrôle de la Maison Blanche!

Parmi les « nouvelles recrues » de la cause Romney, se trouve tout d’abord Jeb Bush.  A la fois frère de l’ancien président et très populaire ex-gouverneur de Floride, il représente un atout de taille dans cet état qui se révèle souvent décisif. Membre de la vieille garde républicaine, son père Georges H.W. Bush, 41e président des États-Unis et héritier de Reagan est également un allié intéressant au niveau symbolique.

Le sénateur de Floride Marco Rubio a également rejoint la campagne du favori. Étoile montante du parti, le politicien d’origine cubaine est un point fort pour séduire l’électorat latino et il est d’ailleurs souvent cité comme candidat potentiel à la vice-présidence sur le ticket républicain.     A l’instar de l’ambitieux Paul Ryan, président de la commission budgétaire de la chambre des représentants et opposant affirmé d’Obama. Des jeunes loups qui risquent de faire beaucoup parler d’eux à l’avenir.

Depuis le début des primaires, Romney avait également gagné le soutien du sénateur de l’Arizona John McCain. Même si l’ancien adversaire d’Obama s’était quelque peu  emmêlé les pinceaux en déclarant soutenir le président démocrate!

Le favori mal aimé

La consigne des cadres du parti républicain est claire : faire bloc autour de Romney afin d’organiser au plus vite la campagne de novembre face au président démocrate. Il faut mettre un terme à cette campagne des primaires qui tire en longueur et qui s’avère désastreuse pour l’image du favori. Attaqué sans cesse par ses rivaux,  la côté de popularité de Romney en a réellement pris un coup et le candidat a perdu pas mal  de terrain au profit d’Obama.

Selon un récent sondage d’ABC News et du Washington Post,la moitié des électeurs américains ont déjà une opinion négative du favori républicain.  Un record qui date de 1984! Et cela avant même que la machine démocrate et ses publicités négatives ne se mette en marche…

C’est pourquoi Karl Rove, stratège par excellence du parti appelle les rivaux de Romney à jeter l’éponge au plus vite.
Dans un édito du Wall Street Journal, l’éminence grise de la famille Bush a littéralement détruit la candidature de Rick Santorum, estimant qu’elle était vouée à l’échec et que « sa stratégie de faire trainer les primaires relevait d’une tentative désespérée« . Un constat sans appel.

Karl Rove, l'éminence grise de Georges W. Bush

Publicités

Avril, le printemps de Romney ?

Après une courte pause, le ballet des primaires républicaines reprend aujourd’hui avec trois scrutins : au Wisconsin, au Maryland ainsi que dans la capitale américaine. Si les sondages se confirment dans les urnes, Mitt Romney devrait normalement s’imposer partout et creuser l’écart sur ses poursuivants.

Le 3 janvier dernier l’Iowa donnait le coup d’envoi des primaires, avec pas moins de sept prétendants républicains en lice. Trois mois plus tard,  la course à l’investiture s’est nettement resserrée et n’est plus aujourd’hui qu’un duel entre le grand favori Mitt Romney et l’outsider Rick Santorum.

L’ultra-conservateur est l’unique candidat qui fasse encore obstacle au sacre du « modéré du Massachusetts », le sobriquet dont est affublé Romney. Newt Gingrich et Ron Paul sont toujours officiellement candidats mais sont désormais mathématiquement hors course et relégués au second plan.

Après des scrutins dans pas moins de 29 états (sur les 50 que compte le pays), le mormon a confirmé son statut de grand favori avec 16 états à son compteur (en orange), contre 11 pour son rival catholique (en vert) . Gingrich n’a quant à lui remporté que deux victoires (en mauve) et Paul rêve encore de son premier succès.  (Voir : Bilan des primaires)

Bilan des primaires républicaines au 2 avril

Du 100% Romney ?

Les suffrages du mois d’avril, qui se déroulent essentiellement dans les états plus modérés de la côte-Est s’annoncent très favorables pour Mitt Romney. L’ancien gouverneur du Massachusetts continuera donc probablement à creuser l’écart sur ses poursuivants, jusqu’au moment où il parviendra à atteindre le total des 1.144 délégués, seuil nécessaire pour remporter l’investiture du parti.

Ce 3 avril, près d’une centaine de délégués seront mis en jeu à travers trois scrutins simultanés : au Wisconsin (42), au Maryland (37) ainsi qu’à Washington D.C. (19). Pour une fois, les primaires n’utiliseront pas le système proportionnel mais plutôt la méthode du « Winner Take All », où le premier dans les urnes rafle l’intégralité des délégués. Bref, si Romney termine premier partout, il peut faire carton plein sans laisser la moindre miette à ses rivaux républicains !

Romney, plus que jamais favori

Le cœur politique américain

Romney part clairement favori dans la capitale américaine, où beaucoup de militants républicains travaillent au sein des institutions du parti.  La situation sera nettement plus compliquée pour lui dans l’élection générale de novembre car la ville de Washington, peuplée aux 2/3 par des Afro-américains, a toujours représenté un véritable bastion démocrate. Si mathématiquement la primaire ne rapporte que peu de délégués au candidat, remporter la victoire dans le cœur politique de la nation a quand même son importance sur le plan symbolique.

Paradoxalement, les habitants du « bastion de la démocratie » sont quelques peu lésés au niveau de leurs droits électoraux. En effet, le « District de Columbia », qui se trouve entre la Virginie et le Maryland, ne bénéficie pas du même statut qu’un état classique.
Ce n’est que depuis 1961 et le 23e amendement de la Constitution, que les citoyens de Washington peuvent participer à l’élection présidentielle. Et encore aujourd’hui,  ce sont les seuls Américains qui ne peuvent pas élire de représentants au Congrès !

Maryland  sans concurrence

Dans la primaire du Maryland, le favori républicain règnera sans doute sans partage. Santorum a délaissé cet état de la « vieille Amérique», à l’électorat assez modéré, pour se concentrer sur le scrutin du Wisconsin. Largement en tête dans tous les sondages, Romney va sans doute rafler les 37 délégués mis en jeu.

Santorum mise sur le Wisconsin

Le véritable duel républicain du jour se situera dans la région des grands lacs, lors de la primaire au Wisconsin. Scrutin le plus important avec ses 42 délégués en jeu, c’est surtout le seul où Santorum a une chance de rivaliser avec Romney.  Si le candidat conservateur échoue, cela signifie que Romney va faire carton plein en remportant tous les suffrages et l’intégralité des délégués. Un beau coup pour faire taire ses détracteurs et pour confirmer plus encore son statut de chef de file républicain.

Si les derniers sondages sont tous favorables au mormon, 7,5% d’avance selon la moyenne établie par Real Clear Politics, le candidat ultra-conservateur espère toujours créer la surprise.
Sa botte secrète : un spot qui associe la politique de Mitt Romney à celle de Barack Obama. L’insulte suprême pour un républicain !

Les étapes suivantes

Après les scrutins d’aujourd’hui, la campagne connaitra une pause de trois semaines jusqu’au mardi 24 avril. Ce jour-là, les militants républicains de cinq états  de la côte-Est voteront à leur tour, répartissant pas moins de 231 délégués.
Trois anciennes « colonies originelles » des États-Unis : Delaware (17) , Rhode Island (19) et Connecticut (28) ainsi que deux états-clés des primaires : la Pennsylvanie (72) et l’état de New York (95).

Primaires républicaines - Avril

Là encore, l’ancien gouverneur du Massachusetts part favori dans la plupart des scrutins. A l’exception de la Pennsylvanie, l’état que Santorum a représenté au Sénat pendant douze ans. Le candidat ultra-conservateur sera dans l’obligation de gagner sur ses terres et devra tenter de limiter la casse jusqu’au mois de mai, qui lui sera plus favorable avec des états plus conservateurs.

Le 8 mai en Virginie-Occidentale, en Indiana ainsi qu’en Caroline du Nord. La semaine suivante au Nebraska et en Oregon. Le 22 en Arkansas ainsi qu’au Kentucky. Jusqu’au 29 où votera enfin le Texas, un autre poids lourd des primaires.

Bref, même si Romney semble impossible à rattraper, le marathon des primaires est encore loin d’être terminé…

Gingrich : le candidat en chute libre

Abandonné par son dernier mécène, la campagne de Newt Gingrich va droit dans le mur. Mathématiquement hors course, une seule inconnue subsiste : combien de jours avant qu’il ne jette définitivement l’éponge ?

L’adage est bien connu : quand le bateau coule, les rats quittent le navire. Et si « capitaine Gingrich » se donnait la peine d’ouvrir les yeux, il se rendrait bien compte que sa campagne prend l’eau de toute part. Depuis plusieurs semaines, les mauvaises nouvelles s’enchaînent et plus personne ne croit à ses perpétuelles promesses de « comeback fracassant » !

(Lire les articles précédents sur le même sujet: Le chant du cygne de GingrichGingrich:toujours plus proche de la voie de garage)

Près de trois mois après le début des primaires républicaines, l’homme fort de Géorgie doit se rendre à l’évidence: il n’a plus aucun espoir de succès. Après une trentaine de scrutins, Gingrich n’a remporté que deux états (Caroline du Sud et Géorgie), contre 16 pour Romney et 11 pour Santorum. Et à moins d’un miracle, il ne gagnera plus nulle part.

Complètement largué dans la collecte de délégués, le palmarès de Gingrich  a juste de quoi impressionner Ron Paul, la lanterne rouge des primaires. L’heure de gloire de l’ artisan de la « révolution conservatrice », où les républicains avaient récupéré le contrôle du Congrès en 1994, semble désormais révolue.

Newt Gingrich

Selon la moyenne des sondages établie par « Real Clear Politics« , Gingrich pointe depuis un moment sous la barre des 15% d’intentions de vote, un score nettement insuffisant pour encore espérer remporter l’investiture. D’autant que cet indicateur ne prend pas en compte les mauvais nouvelles des derniers jours…

Hier, la presse américaine faisait écho des difficultés de trésorerie du candidat. Avec un bilan financier dans le rouge, Gingrich effectue de drastiques coupes budgétaires en limitant ses déplacements et en renvoyant un tiers de son équipe, dont son directeur de campagne !

L’empereur des casinos abandonne Gingrich

Les dons des sympathisants ne remplissent plus les caisses depuis longtemps et Gingrich ne devait son salut qu’aux largesses de son mécène, Sheldon Adelson. Afin de soutenir les idées pro-israéliennes du candidat, le milliardaire avait injecté plus de 16,5 millions de dollars via le « Super Pac pro-Gingrich ».

Une broutille pour « l’empereur des casinos » qui est à la tête d’un empire colossal. Selon un article du Huffington Post, qui reprend un calcul de Forbes, cet ultra-riche gagnerait en moyenne 3,3 millions de dollars…de l’heure !

Sheldon Adelson s’est d’ailleurs dit prêt à  investir pas moins de 100 millions de dollars afin d’empêcher un deuxième mandat d’Obama.
Mais l’homme au chéquier illimité s’est lui aussi finalement rendu compte qu’il ne misait pas sur le bon poulain. Dans une vidéo publiée sur le Jewishjournal, le milliardaire vient d’annoncer qu’il retirait son soutien à Gingrich parce que le candidat est « en bout de course »…

Mercredi matin sur MSNBC, son porte-parole (bientôt au chômage) avait beau détailler la stratégie de Gingrich, plus personne n’était dupe.
Mathématiquement hors course, le candidat a pour unique objectif d’empêcher Mitt Romney, d’atteindre le total de 1.144 délégués, seuil nécessaire pour gagner l’investiture.

Dans pareil cas de figure, les compteurs seraient alors remis à zéro pour un second tour, une procédure d’exception dénommée « convention négociée ». Les instances dirigeantes du parti, réunies en convention en Floride, devraient alors désigner le candidat officiel du parti…

Désormais sans perfusion financière, l’ancien président de la Chambre n’a plus aucun espoir dans ces primaires. Techniquement, si toute sa stratégie repose sur la convention négociée, il devra s’accrocher jusque fin août. Bon courage Newt. Moïse a bien erré 40 ans dans le désert.

Sondage de CNN: Gingrich doit il jeter l'éponge?

Bilan des primaires républicaines: déjà 29 états sur 50

Après la Louisiane, dernier scrutin du mois de mars, c’est le moment idéal pour dresser un « instantané » de la course à l’investiture républicaine.

A l’heure actuelle, 29 états sur les 50 que compte le pays ont déjà organisé des élections, sous forme de caucus ou de primaires. Quatre candidats sont toujours en lice: Mitt Romney, Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul.

Au niveau de la « course aux délégués », Mitt Romney reste clairement le grand favori avec plus de délégués que ses trois poursuivants réunis.    Selon les dernières projections d’Associated Press, reprises par le New York Times:

D’ici le 26 juin et l’Utah, qui termine le bal des primaires républicaines, 1.258 délégués devront encore être départagés entre les candidats.

Le premier qui atteindra le seuil de 1.144 délégués sera automatiquement déclaré vainqueur et affrontera Barack Obama dans l’élection générale de novembre.

(Pour mieux comprendre le processus d’attribution des délégués: Romney à la poursuite du chiffre magique)

GOP Madness - Bob Gorrell

29 états – 34 scrutins

Au niveau géographique, les militants de 29 états américains ont déjà voté, ainsi que les électeurs de plusieurs « territoires non-incorporés », qui participent aux primaires mais pas à l’élection présidentielle de novembre. Ces territoires ne sont pas considérés comme des états à part entière et leur poids électoral est relativement limité.

Romney a remporté les suffrages dans toutes les îles: Samoa américaines, Guam, Mariannes du Nord et Porto Rico à l’exception des iles Vierges où Ron Paul s’est imposé.

Bilan primaires républicaines (25 mars)

MITT ROMNEY (16 états/20 victoires)

L’ancien gouverneur du Massachusetts est incontestablement le grand favori des primaires avec 16 victoires à son compteur. Candidat le plus modéré, il a surtout du succès dans les zones urbaines et sur les côtes. Par contre il est plus à la peine dans les régions agricoles et dans le centre du pays, par essence plus conservateur. D’obédience mormone, Romney est aussi soutenu par ses coreligionnaires dans quelques états de l’Ouest américain (Utah, Nevada, Idaho, Arizona…)

New Hampshire et Floride (10-31 janvier)

Nevada, Maine, Arizona, Michigan et Wyoming (février)

Washington (3 mars)

Alaska, Idaho, Ohio, Virginie*, Massachusetts et Vermont (Super Tuesday du 6 mars)

Hawaï (13 mars)  +Porto Rico (18 mars)

Illinois (20 mars)  

* Gingrich et Santorum ont dépassé le délai d’inscription et ont de ce fait manqué la primaire de Virginie, un état du sud assez conservateur, qui leur aurait été en principe favorable!

Mitt Romney: la victoire à l'usure

RICK SANTORUM (11 états)

Le challenger de ces primaires a déjà remporté onze états, principalement dans le Midwest et le sud du pays. L’ancien sénateur de Pennsylvanie incarne la seule alternative crédible à Romney, jugé trop modéré pour l’aile plus conservatrice du parti républicain. Santorum a loupé le coche avec la primaire manquée en Virginie.

Il s’en est également fallu de peu qu’il rafle les primaires du Michigan ainsi que dans l’Ohio. Deux états décisifs dans lesquels la machine de campagne de Romney a fait pencher la balance en investissant plusieurs millions de dollars en publicités négatives. Romney gagne là où c’est vraiment nécessaire, un réalisme qui fait toute la différence dans ces primaires.

Iowa (3 janvier)

Colorado et Minnesota (février)

Tennessee, Oklahoma et Dakota du Nord (Super Tuesday 6 mars)

Kansas (10 mars) Alabama et Mississippi (13 mars)

– Missouri* (17 mars)

Louisiane (24 mars)

* Suite à un cafouillage dans l’organisation du scrutin, les résultats ne sont pas définitifs, la victoire de Santorum au Missouri n’est donc pas encore officielle

Rick Santorum: le challenger ultra-conservateur

NEWT GINGRICH (2 états)

Sérieusement distancé, l’ancien Président de la chambre n’a jusqu’à présent remporté que deux victoires : la Caroline du Sud (21 janvier) et la Géorgie (Super Tuesday du 6 mars) dont il a été le représentant pendant vingt ans. Son vivier électoral se concentre dans le sud du pays mais Gingrich s’est fait déborder par son rival ultra-conservateur Santorum, qui l’a finalement devancé dans des états tels que le Tennessee, l’Alabama, le Mississippi ou encore la Louisiane.

Mathématiquement hors course, il n’a pour ambition que d’empêcher Romney d’atteindre le chiffre magique de 1.144 délégués. Qualifié par la presse de saboteur ou d’ agent du chaos, Gingrich continue son travail de perturbateur sans que l’on sache si son retrait servirait ou non la cause de Santorum. Le candidat de Géorgie ne remportera vraisemblablement plus aucune victoire dans ces primaires.
 

RON PAUL

Lanterne rouge des primaires, le texan est aussi le seul candidat sans aucune victoire à revendiquer. Sa stratégie repose uniquement sur la collecte maximale de délégués afin d’arriver en position de force lors de la convention nationale du parti qui se déroulera fin août à Tampa Bay en Floride. Dans son baroud d’honneur, le doyen de la course profitera de cette tribune de premier plan pour diffuser ses idées libertariennes en tentant d’influer sur les lignes directrices du parti.

Carte des 50 états américains

Primaires de Louisiane : Santorum prince du bayou

L’ultra-conservateur Rick Santorum a triomphé lors des primaires de « l’état du pélican », en remportant près de la moitié des suffrages. Une 11e victoire qui prouve que son message axé sur des valeurs chrétiennes et puritaines séduit une certaine branche de l’électorat républicain.

Dernier scrutin du mois de mars, la primaire de Louisiane était clairement un objectif de campagne de l’ancien sénateur de Pennsylvanie. Alors que le dépouillement touche à sa fin, Santorum est déjà assuré de gagner haut la main, avec près de 50% des votes. Inconnu au niveau national jusqu’à sa victoire surprise en Iowa début janvier,  le candidat anonyme s’est mué en un challenger solide face au favori Mitt Romney.

Si au final, le mormon va très probablement remporter l’investiture du parti, Santorum va tout faire pour freiner ses ambitions en tentant de l’empêcher d’obtenir le total de 1.144 délégués, sésame pour gagner les primaires. « La course est longue et loin d’être finie » a déclaré le champion des valeurs familiales, en commentant ses derniers résultats électoraux. Santorum annonce la couleur, il ne jettera pas l’éponge et cette campagne des primaires risque de tirer en longueur. Jusqu’en mai, voire jusqu’en juin avec le scrutin en Californie, l’état le plus peuplé du pays.

Santorum: le champion des valeurs

Gingrich: la fin de l’espoir

Un autre constat de ces résultats en Louisiane est l’échec cuisant de Newt Gingrich, qui misait pourtant beaucoup cet état du sud pour revenir sur le devant de la scène. Avec seulement deux victoires au compteur (la Caroline du Sud et la Géorgie) après une trentaine de scrutins, l’ancien président de la Chambre continue sa descente aux enfers. Avec l’ascension de Santorum comme porte-drapeau des valeurs ultra-conservatrices, Gingrich a perdu son vivier électoral et ses espoirs de succès.

Politiquement, médiatiquement et mathématiquement hors course, le bouillonnant candidat de Géorgie ne doit sa survie qu’à la perfusion financière du milliardaire Sheldon Adelson,  « empereur des casinos » qui soutient sa campagne pour ses positions pro-israéliennes.Gingrich ne va probablement plus remporter aucune victoire dans ces primaires et s’il reste officiellement candidat à l’investiture républicaine, la course s’est depuis longtemps transformée en un duel Romney-Santorum, modérés contre conservateurs.

(Lire à ce sujet: Le chant du cygne de GingrichGingrich:toujours plus proche de la voie de garage)

Ron Paul au finish

Lanterne rouge de la course, Ron Paul n’a lui aussi plus aucun espoir de remporter l’investiture, comme il le reconnait d’ailleurs ouvertement.   La stratégie du texan repose uniquement sur la collecte maximale de délégués afin d’arriver en position de force lors de la convention nationale du parti qui se déroulera fin août à Tampa Bay en Floride. Dans son baroud d’honneur, le doyen de la course profitera de cette tribune de premier plan pour diffuser ses idées libertariennes en tentant d’influer sur les lignes directrices du parti.

La révolution selon Ron Paul (B.Vokar)

Printemps favorable à Romney

Le mois d’avril devrait normalement sourire à Mitt Romney, même si les 329 délégués en jeu ne suffiront pas à atteindre le seuil des 1.144 délégués, synonyme de victoire. Largement en tête dans la course aux délégués, le mormon en a déjà collecté 568 selon les projections d’Associated Press, soit plus que ses trois poursuivants réunis: 273 pour Santorum, 135 pour Gingrich et 50 pour Paul.

L’ancien gouverneur du Massachusetts devrait logiquement dominer la plupart des scrutins de la côte-Est. Des états plus modérés que ceux du Sud ou du Midwest, qui sont eux plus favorables aux idées de Santorum.

Romney: le favori mal aimé

Le mardi 3 avril, les primaires se dérouleront au Maryland (37 délégués), dans le région des grands lac au Wisconsin (42) ainsi que dans la capitale, Washington D.C. (19).

Après trois semaines sans scrutin, les affaires reprendront le 24 avril avec des primaires dans cinq états de la côte-Est : Connecticut (28 délégués), Delaware (17), Rhode Island (19), Pennsylvanie (72) et New York (95).

En avril, Santorum continuera sa « stratégie du boulet » en empêchant Romney de s’emparer de l’intégralité des délégués. Il sauvera probablement aussi l’honneur en remportant la Pennsylvanie, l’état qu’il a représenté au Sénat.

Louisiane - l'état du pélican

§ Résultats de la primaire de Louisiane : (46 délégués)

1° RICK SANTORUM

> 49,2%  / 88.042 votes de préférence

2° MITT ROMNEY

> 26,5%  / 47.495 votes de préférence

3° NEWT GINGRICH

> 15,9%  / 28.505 votes de préférence

4° RON PAUL

> 6,1%  / 10.971 votes de préférence

(Sources des résultats: Washington Post)

Speech de Rick Santorum après sa victoire en Louisiane

Primaire en Illinois : Romney enfonce le clou

Si la victoire du grand favori des primaires était prévisible, l’ampleur de celle-ci va quelque peu mettre en sourdine les critiques de ses détracteurs. Avec l’Illinois, Mitt Romney remporte une victoire stratégique dans le fief d’Obama, son très probable adversaire de novembre.

En remportant le scrutin dans « l’état des plaines », l’ancien gouverneur du Massachusetts a décroché sa 16e victoire depuis le début des primaires, le 3 janvier dernier. Un palmarès impressionnant après les suffrages dans 28 états sur les 50 que comptent le pays.

Son équipe de campagne se félicite même de son 20e succès, car Romney a également remporté les scrutins dans les îles de Porto Rico, Guam, les Mariannes du Nord et les Samoa. Des « territoires non-assimilés » qui participent aux primaires mais pas à l’élection présidentielle générale.

Au niveau de la récolte des délégués, le mormon en a déjà accumulé plus que ses trois rivaux réunis et il continue de creuser l’écart sur ses poursuivants. Comme le confirme cette dernière projection de l’Associated Press reprise par le New York Times (les chiffres varient d’un média à l’autre).

Projection des résultats dans la course aux délégués (21 mars)

Au vu de ces résultats, rien ni personne ne semble pouvoir empêcher Romney de remporter les primaires de son parti.  Dès qu’il parviendra à obtenir la somme de 1 .144 délégués, le candidat sera automatiquement proclamé vainqueur. Mais d’ici là, la route sera encore longue et sinueuse car ses adversaires sont déterminés à rester dans la course.

Santorum ne lâchera rien

Son rival principal, Rick Santorum, est loin derrière, avec moins de la moitié des électeurs et à peine dix victoires à son compteur. Pourtant, l’ancien sénateur de Pennsylvanie y croit plus que jamais et il a promis hier soir dans un discours  à ses partisans de poursuivre le combat jusqu’au bout. Santorum  s’accrochera donc  jusqu’au bout, à moins que Romney n’atteigne le fameux « nombre magique ».

Certes, le catholique n’a terminé que second en Illinois mais il est systématiquement en confrontation directe avec le mormon.  Santorum incarne la seule alternative à Romney, que beaucoup de militants du parti estiment trop modéré. Newt Gingrich et Ron Paul sont quant à eux complètement hors course dans ces primaires. Le dernier carré républicain a laissé place à un duel entre deux courants d’idées : les modérés contre les conservateurs. Une césure nette et profonde qui déchire de plus en plus le parti de l’éléphant.

Sourires de façade entre Santorum et Romney

Les étapes suivantes

Le prochain scrutin se déroulera le samedi 24 mars, en Louisiane, avec 46 délégués à la clé. Jusqu’à présent le sud du pays a plutôt souri à Santorum, qui devrait normalement remporter les suffrages.

Ensuite, le mois d’avril devrait être plutôt favorable à Romney avec plusieurs primaires dans les états plus modérés de la côte-Est : Maryland, Connecticut, Delaware, New York, Rhode Island,…

Néanmoins, en tant qu’ancien sénateur de Pennsylvanie, Santorum devrait gagner sur ses terres ainsi qu’au Texas, un état clé des primaires.

Romney, le gendre idéal

Largement en tête sur le papier, Mitt Romney est clairement favori et il a toutes les cartes en main pour remporter l’investiture du parti. Candidat le mieux préparé à l’exercice des primaires, il possède l’équipe de campagne la mieux organisée au niveau national, des réserves de trésorerie conséquentes et le soutien de quelques amis, millionnaires comme lui, en cas de besoin. Et pourtant il semble toujours lui manquer quelque chose.

Malgré ses efforts, Romney peine à susciter un véritable engouement et à fédérer un électorat républicain décidément très disparate.
C’est un peu le favori « par défaut », faute de trouver mieux.  A l’image d’un gendre idéal, parfait sous tous rapports mais dont on ne tombe pas amoureux. A moins d’une catastrophe, Romney finira par gagner les primaires, à l’usure et sur la longueur, d’ici à la fin juin.

Il devra se battre pour chaque scrutin et dépensera comme jusqu’à présent des sommes considérables pour faire pencher la balance dans les états indécis. Une stratégie qui s’est déjà avérée payante en Floride, au Michigan ou en Ohio face à de relativement faibles rivaux républicains.

Mais face à Obama dans l’élection générale, la tâche sera nettement plus difficile. Car au jeu de qui récolte le plus d’argent, Romney a quelques leçons à apprendre du président démocrate. Pendant que la bataille fait rage côté républicain, le camp démocrate encaisse tranquillement les chèques.

§ Résultats de la primaire en Illinois :

MITT ROMNEY

> 46,7%  /  428.434 votes de préférence

RICK SANTORUM

> 35%  /  321.079 votes de préférence

RON PAUL

> 9,3%  / 85.464 votes de préférence

NEWT GINGRICH

>   8%  / 72.942 votes de préférence

(Source des résultats: Washington Post)

Course aux délégués: à la poursuite du « chiffre magique »

La course à l’investiture est un processus très complexe où il est parfois nécessaire de sortir sa calculette. Tentative de décryptage.

Mitt Romney a beau s’imposer comme le grand favori de ces primaires républicaines, il ne sera déclaré vainqueur que s’il parvient à collecter un total de 1.144 délégués.  Et ses rivaux conservateurs sont déterminés à l’empêcher d’atteindre ce seuil décisif.

A moins d’avoir un favori évident, comme Obama pour le camp démocrate, différents candidats doivent s’affronter dans l’espoir de devenir « le candidat officiel » du parti. Dans ces primaires républicaines, quatre candidats sont encore en lice: Mitt Romney, Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul.

Pour devenir « le candidat républicain » dans  l’élection présidentielle de novembre, une seule méthode: accumuler les succès électoraux dans les différents états et collecter peu à peu des délégués. Pour faire simple : plus de militants votent pour un candidat, plus il remporte de délégués et plus vite il remporte les primaires de son parti.

Dernier carré républicain: Romney - Paul - Santorum - Gingrich

A la poursuite du chiffre magique

L’ensemble des 50 états américains, ainsi qu’une poignée de « territoires non-incorporés » (Porto Rico, Guam, etc.) rapportent aux candidats un nombre de délégués, proportionnels à la taille de leur population. C’est assez logique que la Californie  « pèse » plus que le Vermont ou l’Alaska.

Si l’organisation des scrutins varient selon les états (primaires, caucus, hybride,…) le principe est toujours le même : répartir les délégués entre les candidats, en fonction des résultats obtenus dans les urnes.

Au total : 2.286 délégués sont mis en jeu à travers le pays, ce qui détermine le seuil de majorité à 1.144 délégués. Lorsqu’un candidat obtient ce « chiffre magique », cette ligne d’arrivée virtuelle, l’élection s’arrête automatiquement. Il est déclaré gagnant et peut se préparer à l’élection présidentielle de novembre, face à  au candidat démocrate.

1.144 délégués - Le nombre magique pour les candidats républicains

Plus de suspense, plus de complexité

L’organisation de la cinquantaine de scrutins est gérée par les différents états ainsi que par le parti républicain au niveau fédéral. Et suivant les années, les règles électorales évoluent. Il faut se rendre à l’évidence, rien n’est jamais simple…

Afin d’entretenir le suspense et d’attirer l’attention médiatique, le parti républicain a décidé d’imiter le camp démocrate, en favorisant l’usage du « système proportionnel ». Par le passé, nombre d’états utilisaient plutôt la méthode du « Winner take all » où le gagnant dans les urnes remporte d’un seul coup l’intégralité des délégués mis en jeu. Peu importe de gagner avec 100 ou 100.000 voix d’avance, seul compte de terminer premier.

Avec ce système assez sommaire, dès qu’un candidat gagnait quelques états clés (Californie, Texas, Floride, New York,…) il devenait très vite impossible à rattraper et ses rivaux abandonnaient la partie. Lors des primaires républicaines en 2008 par exemple, John McCain avait remporté pas mal de scrutins lors du « Super Tuesday » et dès le lendemain son rival Mitt Romney jetait l’éponge. Le 7 février 2008, la campagne des primaires  était déjà terminée!

Mais désormais, avec un nombre croissant d’états qui utilisent le « système proportionnel« , la situation n’est plus aussi limpide. Car si ce procédé est certainement plus démocratique, il a pour effet principal de rallonger la durée de la campagne. Cette année l’Iowa a donné le coup d’envoi des primaires républicaines le 3 janvier, tandis que l’Utah terminera le bal le 26 juin prochain. Soit six mois de primaires !

Vers une convention négociée ?

Dans ces primaires, Romney est incontestablement le grand favori et s’il atteint le chiffre magique de 1.144 délégués, l’élection s’arrête là. Mais si ces rivaux conservateurs arrivent à l’en empêcher, la campagne peut tirer en longueur jusque fin juin, avec éventuellement aucun candidat déclaré vainqueur!

Dans ce cas de figure hypothétique, les instances officielles du parti devraient alors débattre, lors de la convention nationale républicaine qui se tiendra du 27 au 30 août prochain à Tampa, en Floride.  A l’issue de ces quartiers généraux, le parti devra de toute façon trancher et désigner un candidat officiel.

Un « chevalier blanc » pourrait alors éventuellement sortir de nulle part, un candidat mystère qui fasse l’unanimité auprès des électeurs. Un scénario qui circule dans les médias mais qui s’apparente surtout à une mission impossible, vu les divergences d’opinions au sein de l’électorat républicain. Un invité surprise, moins de trois mois avant l’élection, c’est un échec quasiment assuré pour les républicains, face à la solide organisation démocrate et leur champion Obama.

Bref, cette idée de « convention négociée » (brokered convention) reste une éventualité mais son utilisation est vraiment très peu probable.  Véritable solution de la dernière chance, ce  système de nomination n’a plus eu cours depuis 1976 !

L'éléphant, symbole du parti républicain

La guerre des chiffres

Dans cette course aux délégués, il faut souvent sortir sa calculette d’autant plus que les résultats varient selon les médias. Des différences qui s’expliquent de deux façons:

D’une part, le processus de répartition. Sans rentrer dans le détail, certains états désignent directement les délégués le jour du scrutin, tandis que d’autres attendent plusieurs semaines, voire jusqu’à la convention du parti fin août.

D’autre part,  il existe deux types de délégués, ce qui prête souvent à confusion.

– les délégués « normaux » (« pledged delegates« ), qui sont élus par les militants lors des primaires, proportionnellement aux résultats de chaque candidat. En d’autres termes, plus vous avez de voix, plus vous recevez de délégués.

– les délégués « influents » (« unpledged delegates« ) qui sont beaucoup moins nombreux. Ceux-ci ne sont pas élus lors des suffrages dans chaque état mais il s’agit de membres importants du parti (gouverneurs, sénateurs,etc.).

 En tant que  « personnalités locales du parti », ils sont libres de voter pour le candidat de leur choix et son libres de changer d’avis pendant les primaires. Ce qui explique que leurs soutiens à tel ou tel candidat est toujours relatif.

Pour ces différents raisons, les médias établissent des « projections » de la répartition des délégués mais ces résultats sont toujours à prendre avec des pincettes….

A ce stade des primaires républicaines et selon les projections de l’Associated Press reprises par le New York Times:

Romney est largement en tête avec plus de 500 délégués à son compteur

Santorum est clairement dans la position du challenger avec près de la moitié des délégués

Gingrich en troisième position est déjà largement distancé

Paul termine la marche avec une cinquantaine de délégués, soit dix fois moins que Romney. Il est mathématiquement hors course.

– Le chiffre magique s’élève à 1.144 délégués et il reste encore 1.324délégués à répartir, soit plus de la moitié…

Course aux délégués 20 mars (projections AP/NY Times)

Santorum : le nouveau prince du sud

« Sweet Home Alabama! » Santorum peut chanter victoire après avoir remporté deux scrutins très disputés, en Alabama et au Mississippi. Romney gagne quant à lui les caucus du Pacifique: Hawaï et les Samoa. Gingrich, le grand perdant de la soirée, a encore une fois loupé son comeback.

L’attention était tournée vers le sud du pays, hier soir, avec les états voisins d’ Alabama et du Mississippi. A la fermeture des bureaux de vote, les premières tendances pronostiquaient des résultats très serrés entre « Gingrich : le candidat du sud », « Santorum : le challenger » et « Romney : le favori du parti ». Loin derrière dans les suffrages, le candidat texan Ron Paul était très vite déclaré hors-jeu.

L’irrésistible ascension de Santorum

Après plusieurs heures de dépouillement et de suspense, Rick Santorum a finalement remporté ces deux états peuplés de militants très conservateurs. Grand gagnant de la soirée, le catholique intégriste poursuit sa série de victoire avec à présent neuf états à son compteur. Soit un meilleur bilan que celui réalisé par son prédécesseur Mike Huckabee en 2008. De plus, l’ancien sénateur de Pennsylvanie peut se vanter d’être le seul candidat qui arrive à gagner à la fois dans le nord du pays, dans le sud et dans le Midwest !

Santorum: le nouveau prince du sud

L’humiliation pour Gingrich

Newt Gingrich termine second dans les deux états, une position somme toute honorable si les scrutins se déroulaient ailleurs dans le pays. Car l’ancien président de la Chambre est le seul candidat originaire du sud et il était censé remporter haut la main ces deux suffrages dans son fief électoral.

Depuis des semaines, Gingrich annonce son grand retour, mais il manque à chaque fois les rendez-vous. Depuis le début des primaires, il n’a remporté que la Caroline du Sud et la Géorgie, l’état qu’il a représenté vingt ans au Congrès. Le plus bruyant des candidats a beau enchaîner les discours de victoire, deux succès après 26 scrutins cela ressemble très fort à un échec cuisant. Ces conseillers de campagne prédisent son prochain succès en Louisiane ou au Texas. Mais le vent a clairement tourné pour Gingrich et tout personne saine d’esprit dans la même situation que lui, jetterait l’éponge afin de mettre un terme à cette agonie électorale.

Gingrich: toujours plus près du mur

Romney champion du Pacifique

L’ancien gouverneur du Massachusetts a bien limité la casse à l’issue des deux scrutins dans le sud. Même s’il termine troisième en Alabama et au Mississippi, il réalise quand même un bon score partant du principe que ces états avec un électorat très conservateur ne l’apprécient pas beaucoup. Remporter l’un ou l’autre de ces scrutins aurait envoyé un signal fort à ses détracteurs mais vu que la répartition de délégués est proportionnelle il ne perd pas grande chose au bout du compte.

Le candidat millionnaire s’offre même une belle victoire dans l’état natal d’Obama, à Hawaï, ainsi que dans les petites îles des Samoa américaines, un territoire non-incorporé aux États-Unis. Le mormon reste quoiqu’il arrive le grand favori des primaires, même si doit ronger son frein et devra probablement attendre mai ou juin avant d’être officiellement le représentant du parti. Loin devant dans la récolte des délégués, et dans le nombre d’états remportés (15/26 contre 9/26 pour Santorum) Mitt Romney reste, à mois d’une catastrophe, le futur adversaire de Barack Obama dans l’élection de novembre.

Romney: le favori mal aimé

Paul, le candidat sans victoire

Après plus de la moitié des scrutins, la campagne de Ron Paul continue mais sans aucune victoire à revendiquer. Le candidat libertarien a plusieurs fois raflé la seconde place mais la pôle position lui échappe désespérément. Sérieusement distancé dans la course aux délégués, c’est à présent mathématiquement impossible pour lui de remporter l’investiture du parti.

Mais le candidat texan poursuit son baroud d’honneur, imperturbable. Il continue sa collecte de délégués en vue d’influencer la convention nationale républicaine qui se déroulera fin août à Tampa Bay, en Floride.

Ron Paul, le militant anti-establishment

La suite des primaires

Durant ce mois de mars, quatre scrutins vont encore avoir lieu. Samedi 17 au Missouri (52 délégués en jeu), un état central qui devrait sans tomber tomber dans l’escarcelle de Santorum. Le lendemain, ce sera au tour du vote latino avec Porto-Rico, qui n’est pas considéré comme un état américain à part entière, mais qui rapporte quand même 23 délégués.

Le mardi 20 c’est un poids lourd, l’Illinois, qui répartira 69 délégués et enfin retour dans le sud du pays le samedi 24 avec la Louisiane et ses 46 délégués. Le partage des victoires entre Santorum et Romney devrait probablement se poursuivre en mars, avant un mois d’avril plus favorable au mormon,avec des scrutins dans des états de la côte-Est.

§ Résultats de la primaire en Alabama (50 délégués)

Santorum 34,5%  /  Gingrich 29,3%  /  Romney 29%  /  Paul 5%

§ Résultats de la primaire au Mississippi (40 délégués)

Santorum 32,9%  /  Gingrich 31,3%  / Romney 30,3  /  Paul 4,4

§ Résultats des caucus de Hawaï (20 délégués)

Romney 45,4% / Santorum 25,3% / Paul 18,3% / Gingrich 11%

> Romney a également remporté les caucus des Samoa américaines (chiffres indisponibles), un “territoire non-incorporé” (9 délégués).

(Source des résultats: Washington Post)

§ Carte des états remportés par les différents candidats républicains (26/50):

> En orange: Mitt Romney (15 états)

> En vert: Rick Santorum (9 états) plus le “concours de beauté du Missouri” (hachuré) qui ne compte pas vraiment

> En mauve: Newt Gingrich (2 états)

Cartographie des primaires républicaines au 14 mars

Alabama et Mississippi: Cap sur le Sud!

Ce 13 janvier, les primaires républicaines se joueront dans le sud du pays, dans les états voisins d’Alabama et du Mississippi. Pour la première fois des caucus seront aussi organisés au beau milieu du Pacifique, à Hawaï, l’état natal de Barack Obama.

Le Sud est à l’honneur aujourd’hui avec des scrutins dans deux états très conservateurs: l’Alabama et le Mississippi, où respectivement  50 et 40 délégués seront en jeu. Les caucus d’Hawaï valent quant à eux 20 délégués tandis que les petites îles des Samoa américaines, un « territoire non-incorporé » en rapportera 9 aux candidats.

Le dernier carré des primaires républicaines: Romney - Santorum - Gingrich - Paul

Mitt Romney, en grand favori, continue à creuser son avance dans la course à l’investiture républicaine. Largement en tête dans la collecte de délégués, l’ancien gouverneur du Massachusetts a déjà remporté les 2/3 des états (soit 14 sur 23). Il n’est pas censé remporter de victoires dans les états du sud, qui lui sont en principe défavorables mais un succès éventuel renforcerait encore son statut de champion du parti.

Newt Gingrich, le seul « candidat du sud » mise beaucoup sur les scrutins du jour pour relancer sa campagne en perte de vitesse. Depuis le début des primaires, l’ancien président de la Chambre n’a remporté que deux états sur 23: la Caroline du Sud en janvier et son fief de Géorgie la semaine passée.

Rick Santorum a un beau coup à jouer ce soir dans ces deux états largement peuplés par les évangélistes et des ultra-conservateurs. Conforté par son trio de victoires lors du Super Tuesday (Tennessee, Oklahoma et Dakota du Nord), l’ancien sénateur de Pennsylvanie est en pleine ascension et s’impose dans les sondages et dans les urnes comme l’outsider des primaires. Et la seule alternative à Romney…

Ron Paul espère toujours remporter une première victoire dans ces primaires et il a ses chances lors des caucus de Hawaï. Si mathématiquement, c’est pratiquement impossible pour lui de remporter l’investiture du parti républicain, le candidat texan continue sa stratégie de collecte de délégués en vue d’influencer la convention nationale républicaine qui se déroulera fin août à Tampa Bay, en Floride.

§ Carte des états remportés par les différents candidats républicains:

> En orange: Mitt Romney (14 états)

> En vert: Rick Santorum (7 états) et le « concours de beauté du Missouri » (hachuré) qui ne compte pas vraiment

> En mauve: Newt Gingrich (2 états)

Bilan des primaires républicaines (12 mars)

Un « Super Tuesday » tout sauf décisif

Après deux mois de scrutins au compte-gouttes,  les primaires s’accélèrent avec le « Super Tuesday », où les militants de dix états votent simultanément. Mais si la course à l’investiture républicaine avance d’un grand pas, il faudra encore attendre longtemps avant qu’un candidat ne soit déclaré vainqueur.

Depuis son coup d’envoi en Iowa, le 3 janvier dernier, le ballet des primaires républicaines est dominé par Mitt Romney. Si le mormon millionnaire est incontestablement le grand favori, il ne peut que ronger son frein avant d’affronter officiellement Barack Obama, dans l’élection présidentielle de novembre. Pour comprendre pourquoi ces primaires durent plus longtemps que par la passé, il faut avant tout analyser les chiffres…

La pêche aux 1.144 délégués

Jusqu’à présent, seulement onze états sur les cinquante que compte le pays ont participé au vote, répartissant à peine 355 délégués entre les quatre rivaux. Si Romney caracole en tête avec un peu plus de 200 délégués au compteur, il est encore très loin du compte. Car pour gagner l’investiture du parti, un candidat doit en récolter 1.144 !

Avec le « Super scrutin » d’aujourd’hui, les militants de dix autres états voteront à leur tour, rajoutant dans la balance quelques 437 délégués. Mais même si un candidat gagnait partout avec un score stalinien, cela ne lui permettrait pas d’atteindre le montant nécessaire.

Une course de longue haleine

L’investiture du parti républicain se complexifie aussi suite aux changements dans les règles électorales. De plus en plus d’états abandonnent le système du  « Winner take all », où le premier dans les urnes rafle l’intégralité des délégués de l’état, au profit d’un scrutin de type « proportionnel ».

Ce changement de méthode est certainement plus représentatif du choix des électeurs mais il prolonge sensiblement la durée des primaires. Par la passé, une fois que le favori avait gagné quelques grands états, il devenait très vite impossible à rattraper.

John McCain - Champion républicain en 2008

En 2008 par exemple, John McCain avait remporté les états poids lourds des primaires (Californie, New  York, Illinois,…) après ce fameux « Tsunami Tuesday », où les républicains de 21 états votaient le même jour!  Avec plusieurs centaines de délégués d’avance, McCain était tout simplement irrattrapable et Romney jetait l’éponge à peine deux jours plus tard.

Du côté démocrate, les primaires de 2008 furent beaucoup plus disputées, avec Hillary Clinton et Barack Obama au coude à coude. Impossible à départager, le duel se prolongea jusqu’au mois de juin, où l’ancien sénateur de l’Illinois a finalement atteint le seuil nécessaire de délégués !

Si ces primaires à rallonge prolongent le suspense et focalisent l’attention médiatique sur les candidats en lice, elles ont également des travers. Une telle campagne coûte une fortune aux candidats et divise le parti à seulement quelques mois de la présidentielle. Si un duel acharné entre républicains devait perdurer jusqu’à l’été, il y a beaucoup de chance que le rescapé soit finalement écrasé par la machine démocrate en novembre.

(Crédit photo: Charles Dharapak/AP)

Romney : champion républicain ?

Si ce « méga scrutin » s’annonce moins décisif que par le passé, il pourrait néanmoins s’avérer riche en renseignements sur l’état de forme des différents candidats. Romney a beau être le grand favori, il est loin de faire l’unanimité dans un parti véritablement coupé en deux. L’aile dure des républicains, composée de militants ultra-conservateurs, lui reproche d’être un candidat trop timoré et trop modéré sur des questions sociales.

L’ancien gouverneur du Massachusetts est aussi critiqué du fait d’être mormon, trop riche, d’accumuler les gaffes et de changer d’idées comme de costumes. Selon un sondage récent du « Wall Street Journal », près de 40% des Américains ont une opinion négative de Romney, contre seulement 28% qui en ont une opinion positive.  Un très mauvais score pour un favori ! Peut-il séduire au niveau national et au-delà de sa base de partisans ? C’est l’une des questions de ce scrutin exposant dix.

Gingrich – Santorum : le duel conservateur

Ce « Super Tuesday » sera peut-être aussi  l’occasion de départager Rick Santorum et Newt Gingrich, deux candidats qui puisent dans le même vivier électoral ultra-conservateur. Santorum a besoin de nouvelles victoires pour confirmer sa crédibilité électorale et son rôle de « candidat alternative à Romney ».

Gingrich a quant à lui besoin d’urgence d’un succès, ailleurs que dans son fief de Géorgie, pour relancer sa campagne qui part complètement à la dérive. Un désaveu dans les urnes pourrait pousser l’ancien président de la Chambre vers la sortie, au bénéfice de Santorum qui récupérerait illico les voix de son rival. Un transfert de voix qui relancerait totalement l’issue de ces primaires à rebondissements.

Ron Paul, la force tranquille

Peu importe ce qu’il advient de ses rivaux, Ron Paul continuera de toute façon les primaires jusqu’ au finish. Remporter l’un ou l’autre état serait un très bon signal pour sa campagne mais de toute façon le texan a peu de chance de l’emporter, du fait de ses idées trop radicales et anti-establishment. Sa stratégie repose plutôt sur une course de fond, où il grappille délégué après délégué. Son but étant d’arriver en position de force lors de la convention nationale du parti, tribune de choix où il pourra diffuser ses idées. Si cette campagne présidentielle est assurément son baroud d’honneur, le doyen de la course a déjà un successeur dans son combat libertarien. Actuellement sénateur du Kentucky, son fils Rand Paul incarne déjà le futur du mouvement. A suivre en 2016…