Bilan des primaires républicaines: déjà 29 états sur 50

Après la Louisiane, dernier scrutin du mois de mars, c’est le moment idéal pour dresser un « instantané » de la course à l’investiture républicaine.

A l’heure actuelle, 29 états sur les 50 que compte le pays ont déjà organisé des élections, sous forme de caucus ou de primaires. Quatre candidats sont toujours en lice: Mitt Romney, Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul.

Au niveau de la « course aux délégués », Mitt Romney reste clairement le grand favori avec plus de délégués que ses trois poursuivants réunis.    Selon les dernières projections d’Associated Press, reprises par le New York Times:

D’ici le 26 juin et l’Utah, qui termine le bal des primaires républicaines, 1.258 délégués devront encore être départagés entre les candidats.

Le premier qui atteindra le seuil de 1.144 délégués sera automatiquement déclaré vainqueur et affrontera Barack Obama dans l’élection générale de novembre.

(Pour mieux comprendre le processus d’attribution des délégués: Romney à la poursuite du chiffre magique)

GOP Madness - Bob Gorrell

29 états – 34 scrutins

Au niveau géographique, les militants de 29 états américains ont déjà voté, ainsi que les électeurs de plusieurs « territoires non-incorporés », qui participent aux primaires mais pas à l’élection présidentielle de novembre. Ces territoires ne sont pas considérés comme des états à part entière et leur poids électoral est relativement limité.

Romney a remporté les suffrages dans toutes les îles: Samoa américaines, Guam, Mariannes du Nord et Porto Rico à l’exception des iles Vierges où Ron Paul s’est imposé.

Bilan primaires républicaines (25 mars)

MITT ROMNEY (16 états/20 victoires)

L’ancien gouverneur du Massachusetts est incontestablement le grand favori des primaires avec 16 victoires à son compteur. Candidat le plus modéré, il a surtout du succès dans les zones urbaines et sur les côtes. Par contre il est plus à la peine dans les régions agricoles et dans le centre du pays, par essence plus conservateur. D’obédience mormone, Romney est aussi soutenu par ses coreligionnaires dans quelques états de l’Ouest américain (Utah, Nevada, Idaho, Arizona…)

New Hampshire et Floride (10-31 janvier)

Nevada, Maine, Arizona, Michigan et Wyoming (février)

Washington (3 mars)

Alaska, Idaho, Ohio, Virginie*, Massachusetts et Vermont (Super Tuesday du 6 mars)

Hawaï (13 mars)  +Porto Rico (18 mars)

Illinois (20 mars)  

* Gingrich et Santorum ont dépassé le délai d’inscription et ont de ce fait manqué la primaire de Virginie, un état du sud assez conservateur, qui leur aurait été en principe favorable!

Mitt Romney: la victoire à l'usure

RICK SANTORUM (11 états)

Le challenger de ces primaires a déjà remporté onze états, principalement dans le Midwest et le sud du pays. L’ancien sénateur de Pennsylvanie incarne la seule alternative crédible à Romney, jugé trop modéré pour l’aile plus conservatrice du parti républicain. Santorum a loupé le coche avec la primaire manquée en Virginie.

Il s’en est également fallu de peu qu’il rafle les primaires du Michigan ainsi que dans l’Ohio. Deux états décisifs dans lesquels la machine de campagne de Romney a fait pencher la balance en investissant plusieurs millions de dollars en publicités négatives. Romney gagne là où c’est vraiment nécessaire, un réalisme qui fait toute la différence dans ces primaires.

Iowa (3 janvier)

Colorado et Minnesota (février)

Tennessee, Oklahoma et Dakota du Nord (Super Tuesday 6 mars)

Kansas (10 mars) Alabama et Mississippi (13 mars)

– Missouri* (17 mars)

Louisiane (24 mars)

* Suite à un cafouillage dans l’organisation du scrutin, les résultats ne sont pas définitifs, la victoire de Santorum au Missouri n’est donc pas encore officielle

Rick Santorum: le challenger ultra-conservateur

NEWT GINGRICH (2 états)

Sérieusement distancé, l’ancien Président de la chambre n’a jusqu’à présent remporté que deux victoires : la Caroline du Sud (21 janvier) et la Géorgie (Super Tuesday du 6 mars) dont il a été le représentant pendant vingt ans. Son vivier électoral se concentre dans le sud du pays mais Gingrich s’est fait déborder par son rival ultra-conservateur Santorum, qui l’a finalement devancé dans des états tels que le Tennessee, l’Alabama, le Mississippi ou encore la Louisiane.

Mathématiquement hors course, il n’a pour ambition que d’empêcher Romney d’atteindre le chiffre magique de 1.144 délégués. Qualifié par la presse de saboteur ou d’ agent du chaos, Gingrich continue son travail de perturbateur sans que l’on sache si son retrait servirait ou non la cause de Santorum. Le candidat de Géorgie ne remportera vraisemblablement plus aucune victoire dans ces primaires.
 

RON PAUL

Lanterne rouge des primaires, le texan est aussi le seul candidat sans aucune victoire à revendiquer. Sa stratégie repose uniquement sur la collecte maximale de délégués afin d’arriver en position de force lors de la convention nationale du parti qui se déroulera fin août à Tampa Bay en Floride. Dans son baroud d’honneur, le doyen de la course profitera de cette tribune de premier plan pour diffuser ses idées libertariennes en tentant d’influer sur les lignes directrices du parti.

Carte des 50 états américains

Publicités

Nevada : des milliardaires, des mormons et des cafouillages

Sans surprise, l’ancien gouverneur du Massachusetts a emporté haut la main les caucus du Nevada, soutenu massivement par ses coreligionnaires mormons. Une victoire remportée sans réel combat, ses adversaires n’ont pas perdu de temps à faire campagne dans cet état déjà tout acquis à sa cause.

Mitt Romney confirme avec cette troisième victoire son statut de favori dans la course à l’investiture républicaine. Après le New Hampshire et la Floride, ce succès dans l’état d’argent renforce encore sa crédibilité comme futur opposant d’Obama. Dans son discours de victoire, il n’a même pas cité ses rivaux des primaires, se projetant déjà dans la bataille de novembre face au président démocrate.

« Le président a commencé sa présidence en s’excusant au nom de l’Amérique. Il devrait à présent s’excuser à l’Amérique (…) Il y a quatre ans vous avez fait beaucoup de promesses ici, aujourd’hui le Nevada en a assez de votre aide Monsieur le Président ».

L’équipe de campagne de Romney continue son travail de sape : accumuler les victoires état après état, garder le devant de la scène, récolter un maximum de délégués et encourager les trois derniers poursuivants à jeter l’éponge au plus vite. L’objectif final étant de convaincre les électeurs du parti que Mitt Romney est  le seul choix possible face à Barack Obama.

Balade de santé au Nevada

Avec un score fleuve qui frôle les 50%, l’ancien businessman a presque égalé  son succès obtenu lors des primaires de 2008, où il avait battu le Sénateur de l’Arizona John McCain. Romney a remporté autant de voix que ses trois adversaires réunis, même s’il n’y a pas eu de suspens dans cet état largement peuplé de mormons. Selon les sondages à la sortie des urnes : 26% des participants au scrutin se disaient de confession mormone et parmi eux 91% ont soutenu Romney.

Devant un tel plébiscite, Newt Gingrich n’a pas voulu gaspiller le moindre dollar en publicité et se contente d’une seconde place avec 21,4%. Le libertarien Ron Paul termine troisième avec 18,6% et continue sa collecte de délégués en vue de la convention républicaine. Dernier avec 10,4% Rick Santorum ne s’est même pas donné la peine de faire campagne dans l’état d’argent, et a préféré se concentrer sur les prochains scrutins : au Colorado et au Minnesota.

Soutien des ultra-riches

Difficile de quantifier l’impact réel des sponsors milliardaires dans ces primaires. Romney a reçu à Las Vegas le soutien du magnat de l’immobilier Donald Trump tandis que Gingrich est soutenu financièrement par « l’empereur des casinos » Sheldon Adelson, qui a versé 10 millions de dollars à son Super-Pac hostile à Romney.

« Nous avons l’intention d’être présents dans chaque état du pays, et je pense que vous pouvez compter sur nous pour nous battre », a affirmé l’enfant terrible du parti républicain dans son dernier discours. Newt Gingrich est déterminé à rester dans la course jusqu’au bout:  « Même si nous n’avons pas les mêmes moyens financiers, nous pensons que nous pourrons nous faire entendre dans ce désordre » (…) « La vaste majorité des républicains de ce pays veulent une alternative à un modéré du Massachusetts« .

Confusion électorale

Dernier enseignement des caucus au Nevada : le système de dépouillement pose plus que jamais problème et le parti républicain doit d’urgence prendre des mesures. Si cette victoire de Romney ne fait aucun doute, au vu de son avance colossale sur ses poursuivants, le dépouillement complet des bulletins n’est pas encore terminé deux jours après le scrutin!  Si de tels couacs se représentent lors d’une élection plus disputée, cela donnera lieu à nettement plus de tensions.

Caucus du Nevada: des résultats toujours partiels…

Décidément, il semble que le flou soit devenu la norme lors de ces primaires. Après le cafouillage électoral du mois dernier en Iowa, le dépouillement des caucus du Nevada n’est toujours pas complet!

Au soir du  3 janvier dernier, Mitt Romney était donné vainqueur en Iowa, avec seulement huit voix d’avance sur son adversaire conservateur Rick Santorum. Deux semaines plus tard, c’est finalement ce dernier qui l’emportait officiellement, suite à une décision des instances républicaines, avec un avantage de 34 voix sur Romney.

Néanmoins, après analyse des résultats du dépouillement final, huit des 1.774 circonscriptions resteraient « introuvables » ce qui rend ces résultats officiels plutôt incertains, vu l’écart très faible entre les deux candidats. Certains observateurs estiment donc qu’il est impossible de déterminer un gagnant officiel en Iowa.

Ce samedi 4 février au Nevada, le système de dépouillement fait à nouveau parler de lui. Si la victoire de Mitt Romney est ici garantie, au vu de son avance collossale sur ses poursuivants, le dépouillement complet des bulletins n’est pas encore terminé!  

§ Source des résultats: Washington Post 

>> Mise à jour: résultats définitifs…

1° MITT ROMNEY   (Michigan/Massachusetts)
> 50,1 %   /   16.486 votes de préférence

2° NEWT GINGRICH   (Géorgie/Virginie)
> 21,1 %   /   6.956 votes de préférence

3° RON PAUL (Texas)                                                                                                                                                                                                                             >  18,8 %   /   6.175 votes de préférence

4° RICK SANTORUM (Pennsylvanie)
10 %   /   3.277 votes de préférence


Pour suivre en direct les caucus du Nevada…

Annoncé avec 25 points d’avance sur ses poursuivants, Mitt Romney devrait logiquement remporter haut la main l’ « état d’argent ».
Même s’il n’y a pas vraiment de suspens, voici quelques liens pour suivre la campagne des candidats avant le scrutin et l’analyse des enjeux. Et plus tard en temps réel, les résultats complets ainsi que les sondages à la sortie des urnes,…

>> Washington Post

>>New York Times   

>> Politico

>> CNN

>> USA Today

Caricatures des candidats républicains - http://politics.newyorker.com/

 

Caucus du Nevada : Romney joue à domicile

Auréolé de son écrasante victoire en Floride, Mitt Romney a mis le cap à l’Ouest, vers le  Nevada, où se déroule l’étape suivante de la course à l’investiture républicaine. Si le mois de janvier a été particulièrement chahuté avec le cafouillage en Iowa et la déroute en Caroline du Sud, février s’annonce nettement plus tranquille pour l’ancien gouverneur du Massachusetts.

Son équipe de campagne peut déjà mettre le champagne au frais, aucun rival ne sera en mesure de le battre dans le caucus de l’ « état d’argent ». Les conservateurs Gingrich et Santorum se concentrent déjà sur le scrutin suivant au Colorado et seul Ron Paul espère grappiller quelques délégués au Nevada.

Romney contre son ombre

En définitive, si l’issue du caucus n’entretient pas le suspens, l’étendue du score du favori reste à déterminer. Déjà couronné de succès au Nevada lors des primaires de 2008, Romney avait à l’époque réalisé sa victoire la plus nette en raflant 51% des voix !  Ron Paul avait terminé second, loin derrière avec 13,7%, néanmoins devant le champion républicain de l’époque, John McCain. Selon le dernier sondage du PPP, Romney devrait prendre le large demain avec 25% d’avance sur Gingrich…

Pourquoi Romney va-t-il réitérer son succès de 2008 ? Les raisons sont nombreuses. Tout d’abord, c’est le candidat le mieux organisé parmi les derniers prétendants encore en course. Il a une équipe de campagne efficace, qui est à pied d’œuvre dans les 50 états du pays. Ensuite, il a les plus grandes réserves de trésoreries, avec en cas de besoin sa cassette personnelle de multimillionnaire de la finance. Et enfin, l’électorat particulier du Nevada correspond parfaitement à son profil.

Un état sur mesure

Le Nevada est un état très peu peuplé de l’Ouest américain, avec seulement 2,7 millions d’habitants, mais sa population est particulièrement métissée. Si les citoyens blancs constituent le groupe majoritaire, le nombre d’hispaniques est relativement important (26%), du fait de la proximité avec le Mexique. Selon les chiffres du bureau de recensement américain, les Latinos représentent la première minorité de l’État, loin devant les Afro-américains (8,1 %) et les Asiatiques (7,2%).  Et vu l’accueil réservé par la communauté latino en Floride, c’est plutôt de bonne augure pour Romney.

Mais un autre facteur déterminant entre en jeu dans cette élection. Du fait de sa proximité géographique avec l’Utah, berceau des mormons aux États-Unis,  le « Battle Born state » (deuxième surnom du Nevada), compte une forte présence des coreligionnaires de Romney. Et si les choses se déroulent comme en 2008, il y a fort à parier que tous les mormons républicains votent comme un seul homme pour plébisciter leur meilleur porte-parole. Conclusion : Romney va rafler un maximum de délégués du Nevada tandis que ses rivaux se partageront les autres.

Photo Brian Snyder / Reuters

Stratégie nationale pour Ron Paul

L’équipe de campagne de Ron Paul a clairement opté pour une stratégie sur le long terme, avec pour objectif  de récolter un maximum de délégués, état après état. L’idée étant d’arriver en position de force lors de la convention du parti, qui se déroulera fin août en Floride, afin de pouvoir diffuser ses principes libertariens. Le militant texan a ainsi boycotté la primaire de Floride et son système inégal du « Winner Take All », pour se concentrer sur des états qui utilisent un système proportionnel. Avec son réseau de jeunes militants très motivés, le principe du caucus lui convient parfaitement, car ce sont des leaders d’opinion qui doivent convaincre les électeurs.

État-casino, amis milliardaires

Si « Carson city », la capitale du Nevada, ne fait pas rêver les foules, Las Vegas  bénéficie par contre d’une aura mondiale. A l’origine simple campement de Mormons au beau milieu du désert de Mojave, Las Vegas est devenue grâce aux lois libérales de l’état, la capitale mondiale du jeu et de la débauche.  Véritable temple du vice, la racoleuse « Sin-Sity » génère une source de revenus énorme dont profite une poignée d’investisseurs plus ou moins honnêtes. Parmi eux, le visionnaire Sheldon Adelson, surnommé l’ « empereur des casinos » (très bon reportage à son sujet dans « Les carnets du bourlingueur »).  Si Newt Gingrich n’espère pas grand-chose du scrutin au Nevada, il devrait quand même effectuer  une visite de courtoisie à son richissime soutien, qui a parrainé son « Super-Pac » à hauteur de 10 millions de dollars. C’est toujours agréable d’avoir des amis milliardaires…

Mitt Romney ne dira pas le contraire. Il vient de recevoir hier, à Las Vegas, le soutien officiel de Donald Trump, un autre multimilliardaire, et ancien candidat pressenti des primaires. Opposant farouche du président démocrate, l’homme à la célèbre houppette est un « birther », c’est-à-dire quelqu’un qui alimente la polémique sur le fait que Barack Obama soit réellement né sur le sol américain…

Romney a trouvé un soutien plus riche que lui...

Nevada : prédiction présidentielle

Les électeurs de l’état d’argent se vantent d’avoir du flair dans l’élection présidentielle. Depuis 1912, ils ont à chaque fois voté majoritairement pour le nouveau président, à l’exception de la campagne de 1976, où ils avaient préféré Ford à Carter.
Ainsi en 2000, Bush y a battu Gore, en 2004 Bush y a défait Kerry et en 2008 Obama a pris l’ascendant sur McCain. Très partagé au niveau politique, les deux sénateurs de l’État sont le républicain Dean Heller et le démocrate Harry Reid, chef de file des démocrates au Sénat.                    De plus, c’est à Las Vegas que se tiendra en mai la convention nationale du  « parti libertarien », troisième force politique du pays…

Programme des primaires de février

§ Après un mois de janvier chahuté, les électeurs de quatre états ont distribué un total de 115 délégués:

* Caucus de l’Iowa (3 janvier): 28 délégués                                                >> Victoire de Santorum / Romney / Paul

* Primaire du New Hampshire (10 janvier): 12 délégués                     >> Victoire de Romney / Paul / Huntsman

* Primaire de Caroline du Sud (21 janvier): 25 délégués      >>Victoire de Gingrich / Romney / Santorum

* Primaire de Floride (31 janvier): 50 délégués                                          >> Victoire de Romney / Gingrich / Santorum

§ En février, 6 primaires seront organisées avec à la clé 187 délégués à partager entre les 4 candidats restants:

* Samedi 4 février

Caucus du Nevada > 28 délégués

* Mardi 7 février

Caucus du Colorado > 36 délégués

Caucus du Minnesota > 40 délégués

* Samedi 11 février

Caucus du Maine > 24 délégués

* Mardi 28 février

Primaire de l’Arizona (Winner take all) >29 délégués

Primaire du Michigan > 30 délégués

Primaires républicaines - Février 2012

Calendrier des primaires républicaines de 2012

Pour remporter l’investiture du parti républicain, un candidat doit récolter un minimum de 1.144 délégués, soit la majorité simple, sur un total de 2.286 délégués à travers tout le pays.

Les délégués du parti sont le plus souvent des élus locaux, des partisans des candidats ou des militants actifs du parti. Bien évidement, le nombre de délégués dont dispose un état est représentatif de son poids démographique. Ainsi l’Alaska représente 27 délégués, tandis que la Californie, l’état américain le plus peuplé, en « pèse » 172!

A noter qu’il existe deux types de délégués: les « pledged delegates » , qui doivent voter pour le candidat qu’ils représentent et les « unpledged delegates » (beaucoup moins nombreux), qui sont libre de voter pour le candidat de leur choix. Même si dans les faits, le gagant sera connu avant la fin des primaires (au plus tard fin juin), les délégés voteront de façon symbolique pour élire le champion républicain, lors de la convention du parti qui se tiendra le 27 au 30 août prochain à Tampa, en Floride.

Du côté démocrate, il n’y a pas vraiment d’enjeu dans ces primaires qui servent uniquement de répétition aux militants, le tandem « Obama-Biden » se représentant sans opposition en 2012. La convention du parti démocrate se tiendra à Charlotte, en Caroline du Nord, du 3 au 6 septembre.

Le face à face entre Obama et le candidat républicain se déroulera  le 6 novembre prochain. Pour gagner, le candidat devra alors rassembler une majorité de 270 « grands électeurs », sur un total de 538. Quant à l’ultime étape de l’élection, l’investiture présidentielle, elle aura lieu dans plus d’un an, soit le 20 janvier 2013

Primaires de janvier – http://edition.cnn.com/ELECTION/2012/primaries.html

§ Primaires républicaines en janvier 2012 (4 états)

– 3 janvier >  Caucus de l’Iowa  – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral : 6 grands électeurs

10 janvier > Primaire du New Hampshire – Poids dans les primaires: 12 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

21 janvier > Primaire de Caroline du sud – Poids dans les primaires: 25 délégués /Poids dans le collège électoral: 9 grands électeurs

31 janvier > Primaire de Floride – Poids dans les primaires: 50 délégués /Poids dans le collège électoral: 29 grands électeurs (3ième état le plus important du pays, ex-æquo avec l’état de New York)

§ Primaires républicaines en février 2012 (6 états)

4 février > Caucus du Nevada – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 6 grands électeurs

7 février > Caucus du Colorado – Poids dans les primaires: 36 délégués / Poids dans le collège électoral: 9 grands électeurs

> Caucus du Minnesota – Poids dans les primaires: 40 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs

 > Primaire du Missouri – Poids dans les primaires: 52 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs

( Cette primaire, purement symbolique, est désormais remplacée par un caucus le 17 mars… )

11 février  > Caucus du Maine – Poids dans les primaires: 24 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

28 février > Primaire d’ Arizona – Poids dans les primaires: 29 délégués / Poids dans le collège électoral: 11 grands électeurs

                      > Primaire du Michigan – Poids dans les primaires: 30 délégués / Poids dans le collège électoral: 16 grands électeurs

§ Primaires républicaines en mars 2012 (19 états)

3 mars > Caucus de Washington – Poids dans les primaires: 43 délégués / Poids dans le collège électoral: 12 grands électeurs

6 mars « Super Tuesday »! > Primaires républicaines dans 10 états…

> Caucus d’Alaska – Poids dans les primaires: 27 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs

> Caucus du Dakota du Nord Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs

> Primaire de Géorgie Poids dans les primaires: 76 délégués /Poids dans le collège électoral: 16 grands électeurs

> Caucus de l’Idaho Poids dans les primaires: 32 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

> Primaire du MassachusettsPoids dans les primaires: 41 délégués /Poids dans le collège électoral: 11 grands électeurs

> Primaire de l’Ohio Poids dans les primaires: 66 délégués / Poids dans le collège électoral: 18 grands électeurs

> Primaire d’OklahomaPoids dans les primaires: 43 délégués / Poids dans le collège électoral: 7 grands électeurs

> Primaire du Tennessee Poids dans les primaires: 58 délégués / Poids dans le collège électoral: 11 grands électeurs

> Primaire du VermontPoids dans les primaires: 17 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs

> Primaire de Virginie Poids dans les primaires: 49 délégués  / Poids dans le collège électoral: 13 grands électeurs

10 mars  > Caucus du KansasPoids dans les primaires: 40 délégués / Poids dans le collège électoral: 12 grands électeurs   & Caucus des îles Vierges

> Caucus du Wyoming Poids dans les primaires: 29 délégués /Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs

13 mars > Primaire de l’Alabama – Poids dans les primaires: 50 délégués / Poids dans le collège électoral: 9 grands électeurs

> Caucus de HawaïPoids dans les primaires: 20 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

& Caucus des îles Samoa américaines ( poids dans les primaires: 9 délégués )
> Primaire du Mississippi – Poids dans les primaires: 40 délégués / Poids dans le collège électoral: 6 grands électeurs
– 17 mars > Caucus du MissouriPoids dans les primaires: 52 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs
18 mars > Caucus de Porto Rico – Poids dans les primaires: 23 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs
20 mars > Primaire d’Illinois – Poids dans les primaires: 69 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs
24 mars > Primaire de Louisiane – Poids dans les primaires: 46 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

§ Primaires républicaines en avril 2012 (8 états+DC)
3 avril > Primaire du district de Columbia (Washington DC) – Poids dans les primaires: 19  délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs
> Primaire du Maryland – Poids dans les primaires: 37 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs
> Primaire du Texas – Poids dans les primaires: 155 délégués / Poids dans le collège électoral: 38 grands électeurs (2ième état le plus important du pays après la Californie)
> Primaire du Wisconsin – Poids dans les primaires: 42 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs
24 avril > Primaire du Connecticut – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 7 grands électeurs
> Primaire du Delaware – Poids dans les primaires: 17 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs
> Primaire de New York – Poids dans les primaires: 95 délégués / Poids dans le collège électoral: 29 grands électeurs (3ième état le plus important du pays, ex-æquo avec l’état de Floride)
> Primaire de Pennsylvanie – Poids dans les primaires: 72 délégués / Poids dans le collège électoral: 20 grands électeurs
> Primaire de Rhode Island – Poids dans les primaires: 19 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs
§ Primaires républicaines en mai 2012 (7 états)
8 mai  > Primaire de Caroline du NordPoids dans les primaires: 55 délégués / Poids dans le collège électoral: 15 grands électeurs
> Primaire d’Indiana – Poids dans les primaires: 46 délégués / Poids dans le collège électoral: 11 grands électeurs
> Primaire de Virginie-Occidentale – Poids dans les primaires: 31 délégués / Poids dans le collège électoral: 5 grands électeurs
15 mai  > Primaire du Nebraska – Poids dans les primaires: 35 délégués / Poids dans le collège électoral: 5 grands électeurs
> Primaire de l’Oregon – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 7 grands électeurs
22 mai > Primaire d’Arkansas – Poids dans les primaires: 36 délégués / Poids dans le collège électoral: 6 grands électeurs
> Primaire du Kentucky – Poids dans les primaires: 45 délégués / Poids dans le collège électoral: 8 grands électeurs
§ Primaires républicaines en juin 2012 (6 états)
5 juin > Primaire de Californie – Poids dans les primaires:  172 délégués / Poids dans le collège électoral: 55 grands électeurs (Premier état du pays en terme de démographie)
> Primaire du Dakota du Sud – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs
> Primaire du MontanaPoids dans les primaires: 26 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs
> Primaire du New Jersey – Poids dans les primaires: 50 délégués / Poids dans le collège électoral: 14 grands électeurs
> Primaire du Nouveau Mexique – Poids dans les primaires: 23 délégués / Poids dans le collège électoral: 5 grands électeurs
26 juin > Primaire de l’Utah – Poids dans les primaires: 40 délégués /Poids dans le collège électoral: 6 grands électeurs
  & fin officielle des primaires républicaines…