Bilan des primaires républicaines: déjà 29 états sur 50

Après la Louisiane, dernier scrutin du mois de mars, c’est le moment idéal pour dresser un « instantané » de la course à l’investiture républicaine.

A l’heure actuelle, 29 états sur les 50 que compte le pays ont déjà organisé des élections, sous forme de caucus ou de primaires. Quatre candidats sont toujours en lice: Mitt Romney, Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul.

Au niveau de la « course aux délégués », Mitt Romney reste clairement le grand favori avec plus de délégués que ses trois poursuivants réunis.    Selon les dernières projections d’Associated Press, reprises par le New York Times:

D’ici le 26 juin et l’Utah, qui termine le bal des primaires républicaines, 1.258 délégués devront encore être départagés entre les candidats.

Le premier qui atteindra le seuil de 1.144 délégués sera automatiquement déclaré vainqueur et affrontera Barack Obama dans l’élection générale de novembre.

(Pour mieux comprendre le processus d’attribution des délégués: Romney à la poursuite du chiffre magique)

GOP Madness - Bob Gorrell

29 états – 34 scrutins

Au niveau géographique, les militants de 29 états américains ont déjà voté, ainsi que les électeurs de plusieurs « territoires non-incorporés », qui participent aux primaires mais pas à l’élection présidentielle de novembre. Ces territoires ne sont pas considérés comme des états à part entière et leur poids électoral est relativement limité.

Romney a remporté les suffrages dans toutes les îles: Samoa américaines, Guam, Mariannes du Nord et Porto Rico à l’exception des iles Vierges où Ron Paul s’est imposé.

Bilan primaires républicaines (25 mars)

MITT ROMNEY (16 états/20 victoires)

L’ancien gouverneur du Massachusetts est incontestablement le grand favori des primaires avec 16 victoires à son compteur. Candidat le plus modéré, il a surtout du succès dans les zones urbaines et sur les côtes. Par contre il est plus à la peine dans les régions agricoles et dans le centre du pays, par essence plus conservateur. D’obédience mormone, Romney est aussi soutenu par ses coreligionnaires dans quelques états de l’Ouest américain (Utah, Nevada, Idaho, Arizona…)

New Hampshire et Floride (10-31 janvier)

Nevada, Maine, Arizona, Michigan et Wyoming (février)

Washington (3 mars)

Alaska, Idaho, Ohio, Virginie*, Massachusetts et Vermont (Super Tuesday du 6 mars)

Hawaï (13 mars)  +Porto Rico (18 mars)

Illinois (20 mars)  

* Gingrich et Santorum ont dépassé le délai d’inscription et ont de ce fait manqué la primaire de Virginie, un état du sud assez conservateur, qui leur aurait été en principe favorable!

Mitt Romney: la victoire à l'usure

RICK SANTORUM (11 états)

Le challenger de ces primaires a déjà remporté onze états, principalement dans le Midwest et le sud du pays. L’ancien sénateur de Pennsylvanie incarne la seule alternative crédible à Romney, jugé trop modéré pour l’aile plus conservatrice du parti républicain. Santorum a loupé le coche avec la primaire manquée en Virginie.

Il s’en est également fallu de peu qu’il rafle les primaires du Michigan ainsi que dans l’Ohio. Deux états décisifs dans lesquels la machine de campagne de Romney a fait pencher la balance en investissant plusieurs millions de dollars en publicités négatives. Romney gagne là où c’est vraiment nécessaire, un réalisme qui fait toute la différence dans ces primaires.

Iowa (3 janvier)

Colorado et Minnesota (février)

Tennessee, Oklahoma et Dakota du Nord (Super Tuesday 6 mars)

Kansas (10 mars) Alabama et Mississippi (13 mars)

– Missouri* (17 mars)

Louisiane (24 mars)

* Suite à un cafouillage dans l’organisation du scrutin, les résultats ne sont pas définitifs, la victoire de Santorum au Missouri n’est donc pas encore officielle

Rick Santorum: le challenger ultra-conservateur

NEWT GINGRICH (2 états)

Sérieusement distancé, l’ancien Président de la chambre n’a jusqu’à présent remporté que deux victoires : la Caroline du Sud (21 janvier) et la Géorgie (Super Tuesday du 6 mars) dont il a été le représentant pendant vingt ans. Son vivier électoral se concentre dans le sud du pays mais Gingrich s’est fait déborder par son rival ultra-conservateur Santorum, qui l’a finalement devancé dans des états tels que le Tennessee, l’Alabama, le Mississippi ou encore la Louisiane.

Mathématiquement hors course, il n’a pour ambition que d’empêcher Romney d’atteindre le chiffre magique de 1.144 délégués. Qualifié par la presse de saboteur ou d’ agent du chaos, Gingrich continue son travail de perturbateur sans que l’on sache si son retrait servirait ou non la cause de Santorum. Le candidat de Géorgie ne remportera vraisemblablement plus aucune victoire dans ces primaires.
 

RON PAUL

Lanterne rouge des primaires, le texan est aussi le seul candidat sans aucune victoire à revendiquer. Sa stratégie repose uniquement sur la collecte maximale de délégués afin d’arriver en position de force lors de la convention nationale du parti qui se déroulera fin août à Tampa Bay en Floride. Dans son baroud d’honneur, le doyen de la course profitera de cette tribune de premier plan pour diffuser ses idées libertariennes en tentant d’influer sur les lignes directrices du parti.

Carte des 50 états américains

Résultats définitifs – Primaire du New Hampshire

§ Résultats définitifs de la primaire républicaine du New Hampshire du 10 janvier:

1° MITT ROMNEY   (Massachussetts)

> 39,3%   /   97.532 votes de préférence

2° RON PAUL (Texas)

> 22,9%   /   56.848 votes de préférence

3° JON HUNTSMAN  (Californie/Utah)

> 16,9%   /   41.945 votes de préférence

4° NEWT GINGRICH  (Virginie/Géorgie)

> 9,4%   /   23.411 votes de préférence

5° RICK SANTORUM (Pennsylvanie)

> 9,4%   /   23.362 votes de préférence

6° RICK PERRY (Texas)

> 0,7%   /   1.766 votes de préférence

7° Candidats minoritaires

> 1,5%   /   3.621 votes de préférence

§ Source des résultats: Washington Post

Cap sur le New Hampshire !

Après le caucus très disputé de l’Iowa et la « révélation Santorum », les candidats républicains se retrouvent à présent au New Hampshire, deuxième scrutin des primaires. Dans ce minuscule état de la côte Est, Romney devrait logiquement survoler la mêlée. Mais derrière lui, les prétendants au podium se livrent une bataille acharnée.

A 24 heures de l’ouverture des votes au New Hampshire, les sondages se suivent mais ne ressemblent pas. Si l’ancien gouverneur du Massachusetts est assuré de terminer en tête, il n’est pas facile pour autant de déterminer quel sera le quinté gagnant. Ron Paul devrait logiquement terminer second avec son discours libertarien, dans un état où la devise est « Live free or die ». Mais la troisième place sera assurément la plus disputée avec Huntsman et Santorum, deux candidats qui se suivent de très près dans les sondages…

Jon Huntsman - http://jon2012.com

Invisible en Iowa où il n’a pas daigné faire campagne, Jon Huntsman s’est rattrapé sur le New Hampshire, où il a mis les moyens pour faire parler de lui. Diffusion massive de spots TV (pour plus de 740.000$!) et speechs à répétition, l’ancien gouverneur de l’Utah doit absolument briller dans l’ « état du granite » s’il veut se présenter comme une alternative crédible à Romney.

En progression constante dans les sondages, Rick Santorum, le nouveau champion des valeurs chrétiennes, semble porté par son succès en Iowa. L’héritier de Mike Huckabee veut prouver que sa deuxième place (pratiquement une victoire, à 8 voix d’écart !)  en Iowa n’était pas un accident et que sa campagne connaitra d’autres moments de gloire, ailleurs dans le pays…

En ce qui concerne Perry et Gingrich, les anciens favoris, il faudra sans doute attendre les prochaines primaires, en Caroline du Sud et en Floride (deux états clés) pour juger du sérieux de leur candidature. A l’issue du New Hampshire, Gingrich terminera vraisemblablement en bas de tableau.

Quant à Perry, il ne peut espérer mieux que la dernière place, dans un état qu’il a tout simplement boycotté. Au lendemain du désaveu cinglant en Iowa, il a directement rejoint la Caroline du Sud, reportant de quelques semaines un éventuel abandon. Avec un ambitieux Santorum qui marche sur ses plates-bandes et puise dans son vivier électoral, le texan doit absolument revoir sa stratégie, au risque de disparaitre purement et simplement du paysage républicain.

A ce stade, un seul point commun rassemble l’ensemble des candidats : l’animosité envers Mitt Romney, qui reste plus que jamais le favori à battre dans cette campagne agitée. Dans les deux derniers débats télévisés, le mormon a été critiqué sans arrêt : girouette électorale, milliardaire coupé des réalités, clone d’Obama, trop mou, pas assez conservateur,…                                                                                                                                    Et pendant ce temps-là, les stratèges démocrates se frottent les mains et prennent des notes pour la campagne de novembre.

Calendrier des primaires républicaines de 2012

Pour remporter l’investiture du parti républicain, un candidat doit récolter un minimum de 1.144 délégués, soit la majorité simple, sur un total de 2.286 délégués à travers tout le pays.

Les délégués du parti sont le plus souvent des élus locaux, des partisans des candidats ou des militants actifs du parti. Bien évidement, le nombre de délégués dont dispose un état est représentatif de son poids démographique. Ainsi l’Alaska représente 27 délégués, tandis que la Californie, l’état américain le plus peuplé, en « pèse » 172!

A noter qu’il existe deux types de délégués: les « pledged delegates » , qui doivent voter pour le candidat qu’ils représentent et les « unpledged delegates » (beaucoup moins nombreux), qui sont libre de voter pour le candidat de leur choix. Même si dans les faits, le gagant sera connu avant la fin des primaires (au plus tard fin juin), les délégés voteront de façon symbolique pour élire le champion républicain, lors de la convention du parti qui se tiendra le 27 au 30 août prochain à Tampa, en Floride.

Du côté démocrate, il n’y a pas vraiment d’enjeu dans ces primaires qui servent uniquement de répétition aux militants, le tandem « Obama-Biden » se représentant sans opposition en 2012. La convention du parti démocrate se tiendra à Charlotte, en Caroline du Nord, du 3 au 6 septembre.

Le face à face entre Obama et le candidat républicain se déroulera  le 6 novembre prochain. Pour gagner, le candidat devra alors rassembler une majorité de 270 « grands électeurs », sur un total de 538. Quant à l’ultime étape de l’élection, l’investiture présidentielle, elle aura lieu dans plus d’un an, soit le 20 janvier 2013

Primaires de janvier – http://edition.cnn.com/ELECTION/2012/primaries.html

§ Primaires républicaines en janvier 2012 (4 états)

– 3 janvier >  Caucus de l’Iowa  – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral : 6 grands électeurs

10 janvier > Primaire du New Hampshire – Poids dans les primaires: 12 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

21 janvier > Primaire de Caroline du sud – Poids dans les primaires: 25 délégués /Poids dans le collège électoral: 9 grands électeurs

31 janvier > Primaire de Floride – Poids dans les primaires: 50 délégués /Poids dans le collège électoral: 29 grands électeurs (3ième état le plus important du pays, ex-æquo avec l’état de New York)

§ Primaires républicaines en février 2012 (6 états)

4 février > Caucus du Nevada – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 6 grands électeurs

7 février > Caucus du Colorado – Poids dans les primaires: 36 délégués / Poids dans le collège électoral: 9 grands électeurs

> Caucus du Minnesota – Poids dans les primaires: 40 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs

 > Primaire du Missouri – Poids dans les primaires: 52 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs

( Cette primaire, purement symbolique, est désormais remplacée par un caucus le 17 mars… )

11 février  > Caucus du Maine – Poids dans les primaires: 24 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

28 février > Primaire d’ Arizona – Poids dans les primaires: 29 délégués / Poids dans le collège électoral: 11 grands électeurs

                      > Primaire du Michigan – Poids dans les primaires: 30 délégués / Poids dans le collège électoral: 16 grands électeurs

§ Primaires républicaines en mars 2012 (19 états)

3 mars > Caucus de Washington – Poids dans les primaires: 43 délégués / Poids dans le collège électoral: 12 grands électeurs

6 mars « Super Tuesday »! > Primaires républicaines dans 10 états…

> Caucus d’Alaska – Poids dans les primaires: 27 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs

> Caucus du Dakota du Nord Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs

> Primaire de Géorgie Poids dans les primaires: 76 délégués /Poids dans le collège électoral: 16 grands électeurs

> Caucus de l’Idaho Poids dans les primaires: 32 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

> Primaire du MassachusettsPoids dans les primaires: 41 délégués /Poids dans le collège électoral: 11 grands électeurs

> Primaire de l’Ohio Poids dans les primaires: 66 délégués / Poids dans le collège électoral: 18 grands électeurs

> Primaire d’OklahomaPoids dans les primaires: 43 délégués / Poids dans le collège électoral: 7 grands électeurs

> Primaire du Tennessee Poids dans les primaires: 58 délégués / Poids dans le collège électoral: 11 grands électeurs

> Primaire du VermontPoids dans les primaires: 17 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs

> Primaire de Virginie Poids dans les primaires: 49 délégués  / Poids dans le collège électoral: 13 grands électeurs

10 mars  > Caucus du KansasPoids dans les primaires: 40 délégués / Poids dans le collège électoral: 12 grands électeurs   & Caucus des îles Vierges

> Caucus du Wyoming Poids dans les primaires: 29 délégués /Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs

13 mars > Primaire de l’Alabama – Poids dans les primaires: 50 délégués / Poids dans le collège électoral: 9 grands électeurs

> Caucus de HawaïPoids dans les primaires: 20 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

& Caucus des îles Samoa américaines ( poids dans les primaires: 9 délégués )
> Primaire du Mississippi – Poids dans les primaires: 40 délégués / Poids dans le collège électoral: 6 grands électeurs
– 17 mars > Caucus du MissouriPoids dans les primaires: 52 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs
18 mars > Caucus de Porto Rico – Poids dans les primaires: 23 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs
20 mars > Primaire d’Illinois – Poids dans les primaires: 69 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs
24 mars > Primaire de Louisiane – Poids dans les primaires: 46 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs

§ Primaires républicaines en avril 2012 (8 états+DC)
3 avril > Primaire du district de Columbia (Washington DC) – Poids dans les primaires: 19  délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs
> Primaire du Maryland – Poids dans les primaires: 37 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs
> Primaire du Texas – Poids dans les primaires: 155 délégués / Poids dans le collège électoral: 38 grands électeurs (2ième état le plus important du pays après la Californie)
> Primaire du Wisconsin – Poids dans les primaires: 42 délégués / Poids dans le collège électoral: 10 grands électeurs
24 avril > Primaire du Connecticut – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 7 grands électeurs
> Primaire du Delaware – Poids dans les primaires: 17 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs
> Primaire de New York – Poids dans les primaires: 95 délégués / Poids dans le collège électoral: 29 grands électeurs (3ième état le plus important du pays, ex-æquo avec l’état de Floride)
> Primaire de Pennsylvanie – Poids dans les primaires: 72 délégués / Poids dans le collège électoral: 20 grands électeurs
> Primaire de Rhode Island – Poids dans les primaires: 19 délégués / Poids dans le collège électoral: 4 grands électeurs
§ Primaires républicaines en mai 2012 (7 états)
8 mai  > Primaire de Caroline du NordPoids dans les primaires: 55 délégués / Poids dans le collège électoral: 15 grands électeurs
> Primaire d’Indiana – Poids dans les primaires: 46 délégués / Poids dans le collège électoral: 11 grands électeurs
> Primaire de Virginie-Occidentale – Poids dans les primaires: 31 délégués / Poids dans le collège électoral: 5 grands électeurs
15 mai  > Primaire du Nebraska – Poids dans les primaires: 35 délégués / Poids dans le collège électoral: 5 grands électeurs
> Primaire de l’Oregon – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 7 grands électeurs
22 mai > Primaire d’Arkansas – Poids dans les primaires: 36 délégués / Poids dans le collège électoral: 6 grands électeurs
> Primaire du Kentucky – Poids dans les primaires: 45 délégués / Poids dans le collège électoral: 8 grands électeurs
§ Primaires républicaines en juin 2012 (6 états)
5 juin > Primaire de Californie – Poids dans les primaires:  172 délégués / Poids dans le collège électoral: 55 grands électeurs (Premier état du pays en terme de démographie)
> Primaire du Dakota du Sud – Poids dans les primaires: 28 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs
> Primaire du MontanaPoids dans les primaires: 26 délégués / Poids dans le collège électoral: 3 grands électeurs
> Primaire du New Jersey – Poids dans les primaires: 50 délégués / Poids dans le collège électoral: 14 grands électeurs
> Primaire du Nouveau Mexique – Poids dans les primaires: 23 délégués / Poids dans le collège électoral: 5 grands électeurs
26 juin > Primaire de l’Utah – Poids dans les primaires: 40 délégués /Poids dans le collège électoral: 6 grands électeurs
  & fin officielle des primaires républicaines…

Romney Vs Gingrich : « La timidité contre l’audace »

Avec la diffusion de son nouveau spot, Newton Gingrich s’attaque ouvertement à Mitt Romney, son opposant direct dans la course à l’investiture. Diffusée au New Hampshire et en Caroline du Sud, cette vidéo est une réponse en images à la campagne négative sans précédent, qu’a subi l’ancien président de la Chambre. Ainsi, en Iowa, la moitié des publicités diffusées à la veille du caucus républicain, nuisaient directement à la réputation de Gingrich !

Dans ce spot, l’idée est de faire passer l’ancien gouverneur du Massachussetts pour un candidat mou et timoré, un clone d’Obama en quelque sorte. Tout à l’opposé du bouillonnant Gingrich.
En parallèle, son équipe a acheté une pleine page du « New Hampshire Union Leader », un journal local, afin de souligner les différences entre les deux candidats. Un beau coup de pub à l’ancienne.

Rick Perry « toujours dans la course »

Rick Perry est un battant. Malgré la raclée qu’il vient de se prendre en Iowa, malgré les bourdes à répétition et malgré les sondages qui le donne perdant, le candidat texan ne jette pas l’éponge. Après une courte pause de réflexion dans le ranch familial, il a décidé de retourner dans l’arène, même s’il est certain de se prendre encore des coups. Respect, cowboy.

En Iowa, le gouverneur texan a donné le maximum. Avec un programme digne d’un marathonien, il a sillonné l’état dans tous les sens, essayant désespérément d’inverser la vapeur. Diffusion massive de spots TV et meetings jusqu’à l’épuisement, ne suffiront pas à vaincre l’engouement populaire pour le nouveau champion des valeurs chrétiennes, Rick Santorum.

Clip de campagne pour l’Iowa 

Spot destiné à nuire à l’image de Rick Santorum, son rival direct

Mais malgré tous ses efforts et un paquet de dollars dépensés, Rick Perry ne fera pas mieux qu’une cinquième place, récoltant à peine 10% des voix. Ce qui ne l’empêchera pas, le soir même, de tenir un discours de vainqueur devant ses partisans. Une situation risible que n’a pas manqué d’épingler Jon Stewart dans un épisode du Dailyshow particulièrement acerbe. (je vous invite à regarder l’émission dans son intégralité, tout le monde en prend pour son grade)

Jon Stewart Vs Rick Perry

Finalement, Rick Perry annonce qu’il se retire au Texas pour réfléchir, avec son équipe, sur l’opportunité de poursuivre ou non sa campagne. Des rumeurs commencent à circuler, le bruit court sur la toile que le candidat pourrait bien jeter l’éponge et rejoindre Bachmann, Cain, McCotter et Pawlenty, sur le banc des abandons qui ne cesse de s’allonger.

Mais après une nuit d’angoisse (pour ses fans) Rick Perry a rassuré, via son comte Twitter. Il part en Caroline du Sud, afin d’organiser la suite de sa campagne. Une nouvelle qui doit plaire à l’équipe de Mitt Romney, qui profite ainsi de l’éparpillement des voix ultra-chrétiennes, entre Perry et Santorum.

Primaires de janvier

En ce qui concerne la primaire du 10 janvier au New Hampshire, Rick Perry ne se berce pas d’illusions. Cela ne sert plus à rien de faire campagne dans cet état déjà largement dominé par d’autres candidats. Il finira vraisemblablement dernier (Bachmann a abandonné) et se prépare donc  déjà aux échéances suivantes : la Caroline du Sud (le 21) et la Floride (le 31), deux états importants sur la route de l’investiture républicaine. A l’heure actuelle, il est au plus mal dans les sondages mais deux semaines de matraquage médiatique intensif peuvent encore changer la situation.

S’il ne rassure pas ses partisans avec un succès dans le courant du mois, il devra attendre février ou même jusqu’au « Super Tuesday » le 6 mars, quand enfin, le Texas devra voter. Et d’ici là, énormément de choses peuvent se passer, dans cette campagne particulièrement volatile, où une semaine représente une éternité politique.

Spot de Jon Huntsman « Only one »

Dernier clip de campagne du candidat Jon Huntsman, destiné aux électeurs du New Hampshire, deuxième état à organiser sa primaire, le 10 janvier prochain.

L’ancien gouverneur de l’Utah mise beaucoup sur cet état de la côte Est pour véritablement lancer sa campagne qui stagne quelque peu.           Seul candidat républicain à ne pas avoir connu de « momentum » dans les derniers mois, l’ancien ambassadeur des États-Unis en Chine espère atteindre le podium au New Hampshire, vraisemblablement derrière Mitt Romney et Ron Paul.

Lanterne rouge en Iowa, état dans lequel il n’avait pas fait campagne, Huntsman a besoin d’urgence d’un succès pour se présenter comme une alternative crédible à Romney. Candidat assez modéré, sérieux, Jon Huntsma a été jusqu’ici épargné par les attaques du fait de son mauvais classement dans les sondages.

Relativement ignoré par les médias jusqu’à présent, Huntsman sera peut être la révélation du New Hampshire…

Jon Huntsman - http://jon2012.com

Janvier 2012: 4 scrutins, 3 favoris

GOP Race - Mark Marturello

Alors que 2011 se termine avec le retrait des dernières troupes d’Irak, 2012 arrive déjà en force avec des primaires républicaines nettement en avance par rapport aux élections précédentes.

Pas moins de quatre scrutins se tiendront dans le camp républicain pour le seul mois de janvier alors que le « Super Tuesday » ne se déroulera que le 6 mars et l’Utah clôturera la vague des primaires le 26 juin.

Barack Obama se présentant sans rival sérieux, tous les regards se tournent du côté républicain où la campagne fait rage depuis plusieurs mois, avec déjà plusieurs candidats « hors course ».

Avec l’abandon du télégénique Herman Cain (en raison de trop nombreuses plaintes pour harcèlements sexuels) et un Rick Perry recordmen de bourdes, en chute libre dans les sondages, seuls trois candidats sortent du lot pour ces scrutins précoces.

Même si son avance se tasse un peu, Newt Gingrich se présente toujours en tête dans les sondages, au coude à coude avec Mitt Romney. L’ancien gouverneur du Massachusetts est sans sans aucun doute le candidat le plus stable dans cette campagne hors norme, où le favori du parti a changé tous les mois depuis septembre!  ( Michele Bachmann – Rick Perry – Herman Cain – Newt Gingrich )                                                              

Ron Paul complète le podium des favoris, tandis que les autres prétendants du parti sont rassemblés en bas de tableau, dans l’attente d’un miracle.

Scrutins de janvier 2012:

>> 3 janvier caucus de l’Iowa

>> 10 janvier primaire du New Hampshire

>> 21 janvier primaire de Caroline du Sud

>> 31 janvier primaire de Floride