O’bama joue la carte irlandaise

En pleine période électorale, Barack Obama ne rate pas une occasion de redorer son blason. Redevenu depuis peu le « cool président de campagne », l’occupant de la Maison Blanche enchaîne les sorties médiatiques.  Les festivités de la Saint Patrick, un moyen facile de marquer quelques points…

Pendant que les prétendants républicains se déchirent dans une campagne de primaire à couteaux tirés, le candidat démocrate se préoccupe plutôt de sa cote de popularité. Le président terne et grisonnant a disparu, pour céder la place au Barack à succès de 2008.

Quelques jours après la diffusion de son « film promotionnel« , Obama profite de la Saint Patrick pour rappeler ses origines irlandaises. Car s’il est plus connu comme « l’enfant de Hawaï » au cœur du Pacifique, le président a également des racines outre-atlantiques.

Son aïeul,  fils de cordonnier, a passé son enfance dans un petit village irlandais, avant d’émigrer en 1850 vers les États-Unis, à l’instar de milliers de ses compatriotes chassés par la famine. Et voilà pourquoi quelques générations plus tard, son illustre héritier peut légitimement se la jouer Irish, en sirotant une pinte de Guinness dans un pub…

Plus sérieusement, le soutien des électeurs de souche irlandaise à son importance dans l’arithmétique politique américaine, surtout en vue d’un affrontement face à Mitt Romney, l’ancien gouverneur du Massachusetts.

Dans le berceau originel des États-Unis, les premières colonies de la côte-Est, la proportion de descendants d’émigrés irlandais dans la population est assez colossale . Aujourd’hui, le pays compte près de 34 millions d’Américains avec des origines irlandaises!

Lors de son voyage en Europe en mai dernier, le président démocrate n’a pas manqué de rendre visite à la terre de ses ancêtres. O’bama, comme le  surnommait alors la presse, a une fois encore souligné ses origines locales lors d’un discours à Dublin, devant un parterre de milliers de sympathisants.

Comme à chaque célébration de la Saint Patrick, il est de bon de descendre quelques pintes de bières colorées en vert dans des pubs bondés. La Maison Blanche a suivi la tradition en incorporant un liquide verdâtre dans le circuit de distribution d’eau de la fontaine. Une présidence très irlandaise cette année…

La Maison Blanche célèbre la Saint Patrick

Encore un exemple de la frénésie irlandaise qui règne aux États-Unis, avec un joli timelapse de la rivière Chicago le jour de la Saint-Patrick!

Je suis démocrate donc je vote républicain!

A la veille des primaires du Michigan, certains analystes redoutent qu’une vague de militants démocrates influencent le scrutin. Surnommés les « républicains bleus », ces faux membres du parti pourraient voter massivement pour Santorum, dans l’espoir de voler la victoire à Romney.

Au Michigan, l’électeur est vraiment roi. Durant les primaires, les militants d’un parti sont autorisés à voter pour un candidat du camp adverse!  Un système assez laxiste qui diffère de la plupart des autres états, où celui qui souhaite participer à l’élection doit s’inscrire au préalable sur la liste d’un parti.  Mais alors, comment reconnaitre un vrai républicain d’un démocrate déguisé ? C’est tout simplement impossible, sauf si un sticker « Obama-Biden 2012» trône à l’arrière de son pick-up…

Piraterie politique

Voter tactiquement pour un candidat du parti adverse afin d’influencer le résultat des primaires n’est pas un phénomène nouveau. Au Michigan, ce genre de manœuvres stratégiques est même presque devenu une tradition locale.  Lors des primaires républicaines en 2000 par exemple, les démocrates du coin avaient soutenu massivement John Mc Cain face à Georges W. Bush.

Après dépouillement des votes, le sénateur d’Arizona avait finalement battu son rival texan, avec une avance confortable (50% contre 43%). De nombreux « faux républicains » avaient reconnu avoir participé au scrutin même s’il est impossible de quantifier leur influence. Selon les articles de l’époque, l’équipe de campagne du futur président criait au scandale et estimait que l’influence des votes démocrates dans la primaire du parti républicain relevait de la piraterie politique !

Au final, la victoire de McCain au Michigan n’aura été qu’un petit accident sur le parcours gagnant de Georges W. Bush. En grand favori, le candidat texan a raflé la plupart des autres états du pays (43 sur 50) avant d’affronter Al Gore dans l’élection générale. La fin de l’histoire est connue. Douze ans après son illustre paternel, Bush Junior frotta à son tour ses bottes sur le paillasson du bureau ovale.

Primaires républicaines en 2000 (Bush en rouge – McCain en jaune)

« Opération Hilarity »: l’assaut démocrate

Donné largement vainqueur par les sondages locaux du mois dernier, Mitt Romney doit à présent composer avec Santorum, qui rassemble autour de lui l’aile dure du parti. Si  le champion des valeurs conservatrices a perdu du terrain suite à une vague de publicités négatives et un dernier débat télévisé difficile, il n’en reste pas moins le seul candidat qui puisse faire trébucher le mormon.

Alors que le duel s’annonce très serré, chaque voix a son importance, à l’image des résultats disputés en Iowa et dans le Maine. Les militants démocrates du Michigan l’ont bien compris et leur participation à la primaire républicaine pourrait bien faire la différence. D’où l’attention croissante portée à ces « républicains bleus », un surnom qui provient de la couleur attribuée par convention aux démocrates. A l’approche du scrutin, des consignes de vote commencent à circuler via les réseaux sociaux et notamment sur le blog DailyKos.

L’opération « Hilarity » appelle les militants démocrates de l’état à soutenir massivement Rick Santorum dans les urnes. Officiellement, ces actions ne sont ni soutenues ni découragées par les instances du parti démocrate. Mais si le « vote inter-parti» pose des question au niveau éthique, ce procédé n’en reste pas moins légal, en vertu des lois électorales du Michigan. « Si les votes de démocrates influencent les résultats des primaires républicaines, les républicains ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes » précise Mark Brewer, président du parti démocrate dans l’ « état des grands lacs ».

L'éléphant républicain contre l'âne démocrate...

Santorum : le favori des démocrates

L’ironie de cette stratégie électorale est que les militants démocrates votent pour le candidat qu’ils apprécient sûrement le moins (ou détestent le plus), parmi les quatre républicains encore en lice. Mais ce calcul politique est basé sur un constat: Santorum est plus facile à battre que Romney, dans le cadre de l’élection présidentielle de novembre.

Si les primaires républicaines se jouent toujours très à droite, avec des candidats qui semblent participer au « concours du plus conservateur » , l’élection générale se joue plutôt au centre. Pour gagner une élection nationale, il faut pouvoir séduire les centristes, les indécis et pas seulement les militants purs et durs de son parti. Et à ce jeu-là, Romney le « modéré de la côte-Est » est bien plus dangereux que l’ultra-conservateur Santorum et ses gros sabots.

Si l’ancien sénateur de Pennsylvanie parvient à remporter l’investiture du parti républicain,  il y a fort à parier qu’il se fasse véritablement lyncher face au président démocrate. Beaucoup trop radical, ce catholique intégriste ouvertement homophobe est beaucoup trop extrême pour la majorité des électeurs. Il est facile d’imaginer des spots télévisés reprenant quelques-uns de ses discours fumeux: Santorum qui cite le diable, qui doute du réchauffement climatique, qui compare homosexualité et polygamie, qui refuse l’avortement même en cas de viol ou d’inceste, qui veut en découdre avec l’Iran, …

Bref, si Santorum remporte les primaires républicaines, il risque de très vite casser ses belles dents blanches dans sa croisade pour la Maison Blanche. Tout bénéfice pour la réélection d’Obama.

Romney Vs Santorum

Êtes-vous conservateur, libéral ou libertarien?

En l’espace de 5 minutes, ce mini-quizz  déjà utilisé par plus de 18 millions de personnes peut vous éclairer sur vos positions politiques….

Juste le temps de répondre à dix questions sur le rôle du gouvernement fédéral, dans la sphère économique et dans la vie privée.

Une méthode de promotion originale pour le parti des libertés civiques, qui fait campagne en marge des deux géants.