Gingrich : le candidat en chute libre

Abandonné par son dernier mécène, la campagne de Newt Gingrich va droit dans le mur. Mathématiquement hors course, une seule inconnue subsiste : combien de jours avant qu’il ne jette définitivement l’éponge ?

L’adage est bien connu : quand le bateau coule, les rats quittent le navire. Et si « capitaine Gingrich » se donnait la peine d’ouvrir les yeux, il se rendrait bien compte que sa campagne prend l’eau de toute part. Depuis plusieurs semaines, les mauvaises nouvelles s’enchaînent et plus personne ne croit à ses perpétuelles promesses de « comeback fracassant » !

(Lire les articles précédents sur le même sujet: Le chant du cygne de GingrichGingrich:toujours plus proche de la voie de garage)

Près de trois mois après le début des primaires républicaines, l’homme fort de Géorgie doit se rendre à l’évidence: il n’a plus aucun espoir de succès. Après une trentaine de scrutins, Gingrich n’a remporté que deux états (Caroline du Sud et Géorgie), contre 16 pour Romney et 11 pour Santorum. Et à moins d’un miracle, il ne gagnera plus nulle part.

Complètement largué dans la collecte de délégués, le palmarès de Gingrich  a juste de quoi impressionner Ron Paul, la lanterne rouge des primaires. L’heure de gloire de l’ artisan de la « révolution conservatrice », où les républicains avaient récupéré le contrôle du Congrès en 1994, semble désormais révolue.

Newt Gingrich

Selon la moyenne des sondages établie par « Real Clear Politics« , Gingrich pointe depuis un moment sous la barre des 15% d’intentions de vote, un score nettement insuffisant pour encore espérer remporter l’investiture. D’autant que cet indicateur ne prend pas en compte les mauvais nouvelles des derniers jours…

Hier, la presse américaine faisait écho des difficultés de trésorerie du candidat. Avec un bilan financier dans le rouge, Gingrich effectue de drastiques coupes budgétaires en limitant ses déplacements et en renvoyant un tiers de son équipe, dont son directeur de campagne !

L’empereur des casinos abandonne Gingrich

Les dons des sympathisants ne remplissent plus les caisses depuis longtemps et Gingrich ne devait son salut qu’aux largesses de son mécène, Sheldon Adelson. Afin de soutenir les idées pro-israéliennes du candidat, le milliardaire avait injecté plus de 16,5 millions de dollars via le « Super Pac pro-Gingrich ».

Une broutille pour « l’empereur des casinos » qui est à la tête d’un empire colossal. Selon un article du Huffington Post, qui reprend un calcul de Forbes, cet ultra-riche gagnerait en moyenne 3,3 millions de dollars…de l’heure !

Sheldon Adelson s’est d’ailleurs dit prêt à  investir pas moins de 100 millions de dollars afin d’empêcher un deuxième mandat d’Obama.
Mais l’homme au chéquier illimité s’est lui aussi finalement rendu compte qu’il ne misait pas sur le bon poulain. Dans une vidéo publiée sur le Jewishjournal, le milliardaire vient d’annoncer qu’il retirait son soutien à Gingrich parce que le candidat est « en bout de course »…

Mercredi matin sur MSNBC, son porte-parole (bientôt au chômage) avait beau détailler la stratégie de Gingrich, plus personne n’était dupe.
Mathématiquement hors course, le candidat a pour unique objectif d’empêcher Mitt Romney, d’atteindre le total de 1.144 délégués, seuil nécessaire pour gagner l’investiture.

Dans pareil cas de figure, les compteurs seraient alors remis à zéro pour un second tour, une procédure d’exception dénommée « convention négociée ». Les instances dirigeantes du parti, réunies en convention en Floride, devraient alors désigner le candidat officiel du parti…

Désormais sans perfusion financière, l’ancien président de la Chambre n’a plus aucun espoir dans ces primaires. Techniquement, si toute sa stratégie repose sur la convention négociée, il devra s’accrocher jusque fin août. Bon courage Newt. Moïse a bien erré 40 ans dans le désert.

Sondage de CNN: Gingrich doit il jeter l'éponge?

Publicités

Romney : carton plein à Porto Rico

Le favori des primaires semble particulièrement plaire à l’électorat latino. Après ses succès en Floride et en Arizona, le mormon vient de réaliser un score fleuve lors du scrutin à Porto Rico.

L’île caribéenne de Porto Rico n’est pas considérée comme un état américain à part entière, néanmoins ses habitants peuvent participer aux primaires du parti républicain. Les militants de ce « territoire non-assimilé » devaient répartir 20 délégués entre les différents candidats mais Mitt Romney n’a pas fait de quartier.  Avec un score presque stalinien, 88% des votes à l’arrêt du dépouillement, l’ancien gouverneur du Massachusetts a empoché l’intégralité des délégués mis en jeu.

Le duel des primaires: Romney Vs Santorum

Largement en tête dans la course aux délégués (il en a plus à lui seul que tous ses rivaux réunis) le mormon continue de marquer des points. «Je ne peux pas vous dire exactement comment le processus va se dérouler mais je parie qu’au final je vais devenir le nominé du parti » assure Romney, pour couper l’herbe sous le pied de ses détracteurs.

Rick Santorum ne s’était pas attardé dans l’île, préférant concentrer ses efforts électoraux sur l’Illinois, un état nettement plus stratégique qui votera mardi 20 mars. Avec 69 délégués en jeu, l’état dont Obama a été le sénateur est une étape clé sur la longue route des primaires. L’ « état des prairies » est aujourd’hui le siège d’une bataille rangée entre Romney et Santorum, qui se déchirent à coups de spots publicitaires négatifs.

Selon la moyenne de sondages établie par Real Clear Politics, le mormon conserve toujours 6% d’avance sur son rival conservateur…

§ Résultats de la primaire de Porto Rico (20 délégués) :

1° MITT ROMNEY

> 88%   /   95.761 votes de préférence

2° RICK SANTORUM

> 8,5  / 9.235 votes de préférence (soit dix fois moins!)

3° NEWT GINGRICH

> 2,2% / 2.364 votes de préférence

4° RON PAUL

> 1,3%  / 1.412 votes de préférence

(Source des résultats: New York Times)

Pour suivre les primaires en Arizona et au Michigan :

Dans l’ « état du grand canyon » il s’agira d’un scrutin de type « Winner take all ». Le candidat qui engrange le plus de voix rafle d’un seul coup les 29 délégués mis en jeu.

Selon la moyenne des sondages établie par « Real Clear Politics », Mitt Romney se profile comme le favori de l’élection. Le mormon peut compter sur le soutien de ses nombreux coreligionnaires qui peuplent cette région. En outre, il bénéficie du soutien du sénateur de l’Arizona, le dernier champion républicain des présidentielles, John McCain.

L’ultra-conservateur Rick Santorum devrait probablement terminer deuxième. Newt Gingrich et Ron Paul ne peuvent pas espérer grand chose de cette élection où de toute façon seule compte la première place …

En ce qui concerne le Michigan, le système proportionnel entrera en vigueur pour répartir les 30 délégués mis en jeu, entre les différents candidats.

Selon les derniers sondages, il est impossible de départager les deux favoris du scrutin dans l’« état des grands lacs ».  L’issue de l’affrontement entre Mitt Romney et Rick Santorum est la grande question du jour…

Et selon toute vraisemblance, Newt Gingrich et Ron Paul devraient encore terminer loin derrière ce duo.

§ Plus d’infos sur la primaire du Michigan dans les articles précédents :

Romney joue son honneur au Michigan      

Je suis démocrate donc je vote républicain

§ Quelques liens pour analyser les résultats en direct :

>> Washington Post

>>New York Times

>> Politico

>> CNN

>> USA Today

Romney: un candidat indigne de confiance

A la veille de la cruciale primaire de Floride, Newt Gingrich tente désespérément de refaire son retard sur le grand favori Mitt Romney. Selon la dernière moyenne établie par « Real Clear Politics » , l’ancien président de la chambre des représentants accumulerait un retard de 11,5 points face à l’ancien gouverneur du Massachusetts ( respectivement 40,9% contre 29,4% ).

S’il dominait les sondages il y a une semaine à peine, Gingrich a une fois encore dû subir une campagne massive de publicités négatives à son encontre. Rendant coup pour coup à son rival, voici la dernière volée de spots nuisibles à l’image de Romney…

Romney vs Romney

Surnommé « la girouette » par ses opposants, le mormon millionnaire a la fâcheuse tendance à changer d’idées selon les intérêts du moment. Un sérieux défaut, surtout lorsque ses moindres paroles sont enregistrées en vidéo…                                                                                                                L’homme au double-visage est-il digne de confiance? Romney est-il un véritable républicain ou un démocrate déguisé?

« Quel genre d’homme » est un spot qui recycle les propos tenus par l’ancien candidat Mike Huckabee, lors des dernières primaires en 2007-2008. Même si l’ancien gouverneur de l’Arkansas a fait savoir qu’il désapprouvait cette vidéo diffusée sans son consentement, elle continue à circuler sur la toile…

Mitt Romney, un arriviste uniquement guidé par l’ambition? un businessman sans scrupules?                                                                                              Ses investissements douteux et sans doute trop rentables, risquent au final de lui couter cher en terme de voix. Des vidéos négatives concoctées en interne par des républicains mais qui ciculeront à coup sûr jusqu’en novembre, dans la campagne finale face à Obama…