Google s’invite à la Maison Blanche

La société californienne continue son projet de numérisation du monde. Après les livres anciens, les chefs d’œuvres des musées et les endroits inaccessibles de la planète, l’application « Google View » débarque au 1600, Pennsylvania Avenue.

Arpenter les couloirs de la Maison Blanche, en pantoufles et simplement vêtu d’un peignoir est désormais possible. Plus besoin non plus de se rendre jusqu’à Washington pour visiter l’endroit le plus mythique des États-Unis. Mais si la balade reste évidemment virtuelle, le parcours est intéressant à plus d’un titre, car certaines pièces sont généralement interdites au commun des mortels.

Les services secrets ont passé au peigne fin toutes les images, donc peu de chance de trouver des perles, comme ailleurs sur la toile. Pas de cliché insolite d’Obama fumant discrètement une cigarette dans bureau ovale, ni de « Bo » le chien présidentiel, s’essuyant les pattes sur le tapis. Néanmoins, le visiter pourra jeter un œil à différentes pièces, toutes débordantes de statues et de tableaux.

Comme le raconte la First lady : « Des milliers de personnes ont parcouru ces salles afin d’en admirer les œuvres d’arts. Ils ont observé les portraits des plus célèbres présidents : Washington, Lincoln ou Kennedy ». « Ils ont imaginé l’histoire qui s’est faite ici. A présent, vous pouvez faire tout cela sans sortir de chez vous !».

L’objectif de Google est de présenter au public des œuvres d’arts difficiles d’accès. A cette fin, la société tentaculaire a fusionné son application « Google View » qui permet de circuler un peu partout dans le monde avec « Google Art », un programme qui donne accès aux collections des plus célèbres musées. Avec déjà un catalogue de plus de 30.000 œuvres à travers 40 pays…

Rien ne semble pourvoir combler la boulimie du géant californien qui trouve sans cesse d’autres proies à se mettre sous la dent. Vu que parcourir les rues de Kyoto ou de San Francisco est déjà démodé, la société est partie récemment à la conquête de la jungle amazonienne.Histoire de se la jouer aventurier en toute sécurité.

Pour les plus blasés, il est également possible de partir à la recherche d’épaves au fond des océans ou encore d’explorer la surface de la planète mars.

La visite virtuelle de la Maison Blanche est désormais accessible à tous et peut être qu’en ce moment le favori républicain Mitt Romney utilise cette dernière application de Google. Afin de préparer au mieux son prochain déménagement.

La planète Mars à portée de click

Publicités

Romney joue son honneur au Michigan

Donné largement favori jusqu’au début du mois, Mitt Romney va finalement devoir batailler ferme pour sauver la mise dans son état natal. Son adversaire principal, Rick Santorum, compte bien lui voler la vedette, en l’humiliant au passage.

Après une brève période d’accalmie, le ballet des primaires reprend ce mardi 28 février avec des suffrages dans deux états : l’Arizona et le Michigan. Si le nombre de délégués en jeu dans les deux scrutins est presque identique, c’est surtout le Michigan qui focalise l’attention médiatique.

Sur les traces de Papa

C’est dans cet état de la région des grands lacs que Mitt Romney a passé sa jeunesse, avant de rejoindre le Massachusetts pour se lancer dans une carrière économique puis politique. Le jeune mormon a parfaitement suivi la voie tracée en son temps par son père. Businessman à succès dans le secteur automobile, George Romney est ensuite devenu gouverneur du Michigan de 1963 à 1969. Avant de se lancer, lui aussi, dans une campagne présidentielle…

Mitt Romney espère que la ressemblance entre son parcours et celui de son illustre paternel s’arrêtera là. Car en 1968, la campagne des primaires de Romney Senior avait fait un flop total. Mais pour sa défense, il faisait face à deux poids lourds du parti républicain : les futurs présidents Nixon et Reagan !

Romney Senior, candidat républicain en 1968

Un duel qui s’annonce très serré

Avec un passé pareil, Mitt Romney devrait en temps normal survoler l’élection, comme c’était le cas en 2008. A l’époque, l’ « enfant de Détroit » avait raflé près des 40% des suffrages, loin devant John Mc Cain et ses autres poursuivants. Mais cette année la primaire du Michigan ne se déroule pas du tout dans les mêmes conditions.

Romney est dans un duel très tendu face à Santorum, qui lui a volé la victoire lors des derniers scrutins. En outre, le vote du Michigan pourrait être influencé par les « Républicains bleus ». Ces militants démocrates qui participent aux primaires du parti adverse ont pour objectif de barrer la route à Romney et pourraient plébisciter massivement le candidat ultra-conservateur. (voir l’article « Je suis démocrate donc je vote républicain » ) Les autres rivaux, Newt Gingrich et Ron Paul, sont quant à eux relégués à des rôles de figuration.

Hasard du calendrier, les suffrages au Michigan et en Arizona serviront de répétition générale avant le « Super Tuesday » du 6 mars. Ce mardi-là, les électeurs de dix états voteront simultanément, distribuant d’un seul coup plus de délégués que tous ceux répartis jusqu’alors. Le candidat qui prendra l’ascendant aujourd’hui se présentera en position de force avant cette journée capitale…

Opération "Stop Mitt" ( http://mittromney.com )

L’enfant de Détroit

A en croire les derniers sondages, l’écart entre Romney et Santorum est inférieur à la marge d’erreur. Conclusion : à quelques heures du scrutin, il est tout simplement impossible de départager les deux favoris. Un suspense qui doit peser lourd sur les épaules du mormon, qui joue gros dans la primaire du Michigan.

S’il remporte l’élection dans son état natal, sa victoire semblera somme toute assez naturelle. Par contre, un échec porterait un coup sérieux à sa campagne qui n’enflamme déjà pas les foules. Comme il l’annonce lui-même dans ce spot où il parcourt l’ « état de l’automobile » au volant d’une berline : « Le Michigan était mon foyer, cette élection est personnelle ».

Millionnaire et collectionneur

Mitt Romney a toujours aimé les belles cylindrées et ce n’est un secret pour personne, il a les moyens de s’offrir ce dont il rêve. Mais sans doute a-t-il écouté les (mauvais) conseils de son conseiller en communication : « Dans le bastion de l’industrie automobile, c’est toujours bien de causer bagnole… ».

Le hic, c’est que lorsque le candidat millionnaire commence à détailler le parc automobile familial, il n’y va pas dans la dentelle. Mustang, Cadillac, Dodge,… toute une série de véhicules bien évidement « made in usa » (posséder une voiture asiatique équivaudrait à se tirer une balle dans le pied) mais des modèles hors de prix pour le commun des mortels. C’est sûr que « Joe le plombier » ( l’Américain moyen) n’a pas toujours les moyens de s’offrir un modèle à 50.000$. Un étalage de richesse qui n’est pas du meilleur gout, dans cet état industriel touché de plein fouet par la crise économique.

Pourtant, Romney sait bien qu’il doit dissimuler son train de vie de golden-boy de la finance, après les nombreuses bourdes de début de campagne.  « J’aime virer les gens », « Moi aussi je suis au chômage« , « Je ne me préoccupe pas des pauvres » , « Les sociétés sont des gens » et son désastreux « Pari à 10.000$ » lancé en direct à Rick Perry dans un débat télévisé», …

Autant de répliques, qui utilisées hors de leur contexte et mises bout à bout dans un spot de campagne, peuvent sérieusement nuire à son image et à sa candidature!

Santorum & Romney au Michigan (Ed Murawinski-New York Daily News)